Slike strani
PDF
ePub

بضم الصاد لهم اموال عريضة يشترى أحدهم المركب بما فيه ويوسقه من داره بالسلع وبها من التجار المسلمين باعة كبيرهم علاء الدين الاوي من اهل آوه من بلاد العراق وهو رافضي ومعه أصحاب له على مذهبه وهم يظهرون ذلك وقاضيها فاضل من أهل قزوين وكبير المسلمين بها مجد شاه بندر وله اخ فاضل كريم اسمه تقي الدين والمسجد الجامع بها عيب مرة التاجر خواجة مهذب وهذه المدينة أول ما يوالى الصين من بلاد المليبار والبها يسافر اكثرهم والمسلمون بها أعزة محترمون ، ذکر سلطانها وهو كافر يعرف بالتيروری بكسر التاء المعدوة

Ils ont des richesses considérables : un d'entre eux achète un vaisseau avec ses agrés et le charge de marchandises qu'il tire de sa propre demeure. Il y a dans Caoulem plusieurs trafiquants musulmans, dont le chef est ’Alâ eddîn Alâwédjy, originaire d'Âweh, dans l'Iråk (persique). Il est râfidhite (ou partisan d’Aly) et a des camarades qui suivent la même doctrine, et cela ouvertement. Le kâdhi de Caoulem est un homme distingué, originaire de Kazquin; le chef de tous les musulmans, en cette ville, est Mohammed Châh Bender, qui a un frère excellent et généreux, nommé Taky eddîn. La mosquée principale y est admirable; elle a été construite par le marchand Khodjah Mohaddheb. Caoulem est la ville du Malabar la plus rapprochée de la Chine, et la plupart des (trafiquants) Chinois s'y rendent. Les musulmans y sont considérés et respectés.

DU SULTAN DE CAOULEM.

C'est un idolâtre appelé Attyréwéry; il vénère les mu

وياء من وراء وواو مغتوكين وراء مكسور ويام وهو معظم المسلمين وله أحكام شديدة على الشراق والدعار،

حكاية ومتا شاهدت بکولم ان بعض الرماة العراقيين قتل آخر منهم وفر الى دار الأوي وكان له مال كثير واراد المسلمون دفن المقتول منعهم نواب السلطان من ذلك وقالوا لا يدفن حتى تدفعوا لنا قاتله فيقتل به وتركوه في تابوته على باب الأوي حتى أنتين وتغير فكنهم الأوج من القاتل ورغب منهم أن يعطیہم امواله ویترکوه حیا فابوا ذلك وقتلوه وحينئذ دفن المقتول ،

sulmans et rend des sentences sévères contre les voleurs et les malfaiteurs.

ANECDOTE,

Parmi les événements dont je fus témoin à Caoulem, se trouva celui-ci : un des archers originaires de l'Irâk tua un de ses camarades, et s'enfuit dans la maison d'Alầwédjy. Or, ce meurtrier possédait des richesses considérables. Les musulmans voulurent ensevelir le mort; mais les préposés du souverain les en empêchèrent et dirent : « Il ne sera pas enterré tant que vous ne nous aurez pas livré son meurtrier, qui sera tué pour le venger. » On le laissa donc dans sa bière, à la porte d'Alawédjy, jusqu'à ce que le cadavre sentît mauvais et tombât en corruption. Alâwédjy livra aux officiers l'assassin, offrant de leur abandonner les richesses de celui-ci, à condition qu'ils le laissassent en vie. Mais ils refusèrent, mirent à mort le coupable, et alors sa victime fut ensevelie.

حكاية اخبرت أن سلطان کولم ركب يوما الى خارجها وكان طريقه فيا بين البساتين ومعه صهره زوج بنته وهو من أبناء الملوك فاخذ حبة واحدة من العنبة سقطت من بعض البساتين وكان السلطان ينظر اليه فامر به عند ذلك فوسط ویم نصفين وصلب نصفه عن يمين الطريق ونصفه الآخر عن يساره وقسمت حبة العنبة نصفين فوضع على كل نصف منه نصف منها وترك هنالك عبرة للناظرين

حكاية وما اتفق نحو ذلك بقالقوط ان ابن اخ النائب سلطانها غصب سيفا لبعض تجار المسلمين فشكا بذلك الى عه

عن

ANECDOTE.

On m'a raconté

que

le souverain de Caoulem monta un jour à cheval pour se promener hors de cette ville. Or son che min passait entre des jardins, et il avait avec lui le mari de sa fille, qui était un fils de roi. Ce personnage ramassa une mangue, qui était tombée hors d'un des jardins. Le sultan avait les yeux sur lui; il ordonna à l'instant de lui fendre le ventre et de partager son corps en deux; une moitié fut mise sur une croix, à la droite du chemin, et l'autre à la gauche. La mangue fut divisée en deux moitiés, dont chacune fut placée au-dessus d'une portion du cadavre. Ce dernier fut laissé là pour servir d'exemple aux regardants.

HISTORIETTE. .

Parmi les événements analogues qui arrivèrent à Calicut, se trouve le suivant : le neveu du lieutenant du souverain prit, par force, une épée qui appartenait à un marchand musulman. Celui-ci se plaignit à l'oncle du coupable, et en

فوعده بالنظر في أمره وقعد على باب داره فاذا بابن اخيه متفتح ذلك السيف فدعاه فقال هذا سیف المسم قال نعم قال اشتريته منه قال لا فقال لاعوانه امسكوه ثم أمر به فضربت عنقه بذلك السيف واتت بکولم مدة بزاوية الشيخ فخر الدين ابن الشيخ شهاب الدين الكازروني شيخ زاوية قالتوط فلم اتعرى للککم خبرا وفي أثناء مقامی بها دخل اليها ارسال ملك الصين الذين كانوا معنا وكانوا ركبوا في احد تلك النوك فانکسر ايضا فکسام تجار الصين وعادوا إلى بلادهم ولقيتهم بها بعد واردت أن أعود من كولم إلى السلطان لاعيه بما

reçut la promesse qu'il s'occuperait de son affaire. Là-dessus, le dignitaire s'assit à la porte de sa maison. Tout à coup, il aperçoit son neveu portant au côté cette épée; il l'appelle, et lui dit : « Ceci est le sabre du musulman. »

Oui », répond le neveu. «Le lui as-tu acheté? » reprend son oncle. « Non », répliqua le jeune homme. Alors le viceroi dit à ses satellites : « Saisissez-le. » Puis il ordonna de lui couper le col avec cette même épée.

Je passai quelque temps à Caoulem, dans l'ermitage du cheikh Fakhr eddîn, fils du cheikh Chibâb eddîn Alcâzéroûny, supérieur de l'ermitage de Calicut. Je n'appris aucune nouvelle concernant le cacam. Durant mon séjour à Caoulem, les envoyés du roi de la Chine , qui nous avaient accompagnés et s'étaient embarqués dans une des jonques précitées, entrèrent dans cette ville. Leur navire avait aussi été mis en pièces. Les marchands chinois les habillèrent, et ils s'en retournèrent dans leur pays, où je les revis par la suite.

Je voulais retourner, de Caoulem, près du sultan de Dibly,

و

(1)

اتفق على الهدية ثم خفت أن يتعقب فعلي ويقول لمر فارق الهدية نعزمت على العودة الى السلطان ال الدین الهنوری وأقيم عنده حتى اتعرى خبر الككم فعدت إلى قالقوط ووجدت بها بعض مراكب السلطان فبعث فيها أميرا " من العرب يعرف بالسيد أبي الحسن وهو من البرد دارية وهم خواص البوابين بعثه السلطان باموال يستجلب بها من قدر عليه من العرب من ارض هرمز والقطيف لمحبته في العرب فتوجهت الى هذا الامير ورايته عازما على أن يشتو بقالغوط وحينئذ يسافر الى بلاد العرب فشاورته في العودة إلى السلطان فم يوافق على ذلك فسافرت به البكر من قالغوط وذلك أخر فصل الشعر فيه

pour lui faire connaître ce qui était arrivé au cadeau; mais je craignis qu'il ne cherchất des sujets de reproche dans ma conduite, el qu'il ne dît : « Pourquoi t'es-tu séparé du présent: » Je résolus donc d'aller retrouver le sultan Djémål eddin Alhinaoury, et de rester près de lui jusqu'à ce que j'apprisse des nouvelles du cacam. Je retournai à Calicut, et j'y trouvai des vaisseaux du sultan de l'Inde, sur lesquels il avait expédié un émîr arabe, nommé le seyid Abou'l Haçan. Ce personnage était un des berdédár (du persan perdeh-dâr, chambellan), c'est-à-dire des principaux portiers. Le sultan l'avait fait partir avec des sommes d'argent, afin qu'il s'en servît pour enrôler autant d’Arabes qu'il pourrait, dans les territoires d'Hormuz et d’Alkathîf; car ce prince a de l'affection pour les Arabes. J'allai trouver cet émîr, et le vis se disposant à passer l'hiver à Calicut, pour se rendre ensuite dans le pays des Arabes. Je tins conseil avec lui touchant mon retour près du sultan de l'Inde; mais il n'y donna pas son assentiment. Je m'embarquai avec lui sur mer à Calicut. On était alors à la fin de la saison propre à ces voyages

« PrejšnjaNaprej »