Slike strani
PDF
ePub

بقطع يد سارق بها نغشى على جماعة منهم كانوا بالمجلس ولا تطرقهم لصوص الهند ولا تذمرهم لانهم جربوا أن من اخذ لهم شيا أصابته مصيبة عاجلة واذا أتت أجفان العدو الى ناحيتهم أخذوا من وجدوا من غيرهم ولم يعرضوا لاحد منهم بسوء وإن أخذ احد القار ولو ليونة عاتبه امیر اللقار وضربه الضرب المبرح خوفا من عاقبة ذلك ولولا هذا لكانوا اهون الناس على قاصدهم بالقتال لضعف بنيتهم وفي كل جزيرة من جزائرهم المساجد لسنة وأكثرهارتهم بالخشب وهم اهل نظافة وتنزه عن الاقذار واكثرهم يغتسلون مرتين في اليوم تنظفتا لشدة لربها وكثرة العرق ويكثرون

(1)

[ocr errors]

la prière. J'ordonnai un jour, en ce pays,

de

couper la main (droite) d'un voleur; plusieurs des indigènes qui se trouvaient dans la salle d'audience s'évanouirent. Les voleurs de l'Inde ne les attaquent pas et ne leur causent pas de frayeur; car ils ont éprouvé que quiconque leur prenait quelque chose était atteint d'un malheur soudain. Quand les navires ennemis viennent dans leur contrée, ils s'emparent des étrangers qu'ils rencontrent; mais ils ne font du mal à aucun des indigènes. Si vn idolâtre s'approprie quelque chose, ne fût-ce qu'un limon, le chef des idolâtres le punit et le fait frapper cruellement, tant il redoute les suites de cette action. S'il en était autrement, certes ces gens-là seraient les plus méprisables des hommes aux yeux de leurs agresseurs, à cause de la faiblesse de leurs corps. Dans chacune de leurs îles il y a de belles mosquées, et la plupart de leurs édifices sont en bois.

Ces insulaires sont des gens propres; ils s'abstiennent de ce qui est sale, et la plupart se lavent deux fois le jour, par mesure de propreté, à cause de l'extrême chaleur du climat et de l'abondance de la transpiration. Ils con

من الادهان العطرية الصندلية وغيرها ويتلطخون بالغالية المجلوبة من مقدشو ومن عادتهم انهم اذا صتوا الصبح اتت كل امراة الى زوجها أو ابنها بالمحلة ويماء الورد ودهن الغالية فيكتحل عينيه ويدهن بماء الورد ودهن الغالية فتصقل بشرته وتزيل الشحوب عن وجهه ولباسهم وط يشدون الغوطة منها على أوساطهم عوض السراويل ويجعلون على ظهورهم ثياب الولیان بكسر الواو وسكون اللام وباء آخر للحروف وی

منديلا صغيرا

وبعضهم

يجعل عامة شبه الاحریم وبعضهم عوضا منها واذا لقي احدهم القاضي او الخطيب وضع ثوبه عن كتفيه وكشف ظهره ومضى معه كذلك حتى يصل الى منزله

(1)

و

somment beaucoup d'huiles de senteur, comme l'essence de bois de sandal, etc., et s'oignent de musc apporté de Makdachaou. C'est une de leurs coutumes, quand ils ont récité la prière de l'aurore, que chaque femme vienne trouver son mari ou son fils, avec la boîte au collyre, de l'eau de rose et de l'huile de musc; celui-ci s'enduit les cils de collyre, et se frotte d'eau de rose et d'huile de musc, de manière à polir son épiderme, et à faire disparaître de son visage toute trace de fatigue. .

Le vêtement de ces gens-là consiste en pagnes; ils en attachent un sur leurs reins, au lieu de caleçon, et placent sur leur dos des étoffes dites alouilyán, qui ressemblent à des ihrám (pièce d'étoffe dont se servent les musulmans pendant le pèlerinage). Les uns portent un turban, d'autres le remplacent par un petit mouchoir. Quand un d'entre eux rencontre le kâdhi ou le prédicateur, il ôte de dessus ses épaules son vêtement, se découvre le dos et accompagne ainsi ce fonctionnaire jusqu'à ce qu'il soit arrivé à sa demeure. Une

ومن عوائدهم أنه إذا تزوج الرجل منهم ومضى إلى دار زوجته بسطت له ثياب القطن من باب دارها إلى باب البيت وجعل عليها محترفات من الودع عن يمين طريقه إلى البيت وشماله وتكون المراة واقفة عند باب البيت تنتظره فاذا وصل اليها رمت على رجليه ثوبا باخذه خدامه وان كانت المراة في التي تاتي إلى منزل الرجل بسظت داره وجعل فيها الودع ورمت المراة عند الوصول اليه الثوب على رجليه وكذلك عادتهم في السلام على السلطان عندهم لا بد من ثوب يرى عند ذلك وسنذكره وبنيانهم بالخشب ويجعلون سطوح البیوت مرتفعة عن الارض توقيا من الرطوبات لان ارضهم ندية وكيفية ذلك

autre de leurs coutumes, c'est que, quand un d'entre eux se marie et qu'il se rend à la demeure de sa femme, celle-ci élend, en son honneur, des étoffes de coton depuis la porte de la maison jusqu'à celle de la chambre (nuptiale); elle place sur ces étoffes des poignées de cauris, à droite et à gauche du chemin qu'il doit suivre, et elle-même se tient debout à l'attendre auprès de la porte de l'appartement. Lorsqu'il arrive près d'elle, elle lui jette sur les pieds un pagne, que prennent ses serviteurs. Si c'est la femme qui se rend à la demeure du mari, cette demeure est tendue d'étoffes, et l'on y place des cauris; la femme, quand elle arrive près de son époux, lui jette le pagne sur les pieds. Telle est la coutume de ces insulaires lorsqu'il s'agit de saluer le souverain; il leur faut absolument une pièce d'étoffe qui soit jetée dans ce moment-là, ainsi que nous le dirons.

. Leurs constructions sont en bois, et ils ont soin d'élever le plancher des maisons à une certaine hauteur au-dessus du sol, par mesure de précaution contre l'humidité, car le sol de leurs îles est humide. Voilà de quelle manière ils s'y

ان ينحتوا حجارة يكون طول المجر منها ذراعين او ثلاثة ويجعلونها صفوفها ويعرضون عليها خشب النارجيل ثم يضعون الحيطان من الخشب ولهم صناعة عجيبة في ذلك ويبنون في اسطوان الدار بيتا يسمونه المالم بفتح اللامر يجلس الرجل به مع اصحابه ويكون له بابان أحدها إلى جهة الاسطوان يدخل منه الناس والاخر الى جهة الدار يدخل منه صاحبها ويكون عند هذا البيت خابية حلوة ماء ولها مستقي يسمونه الولنج بفن الواو واللام وسكون النون وجيم هو من قشر جوز النارجيل وله نصاب طوله ذراعان وبه يسقون الماء القربها وجميعهمزحفاة الاقدار من رفيع ووضیع وازقتهم مکنوسة نقية تظللها الاتجار فالماشي بها كانه في بستان ومع

من الابار

prennent: ils taillent des pierres, dont chacune est longue de deux ou trois coudées, les placent sur plusieurs rangs et mettent en travers des poutres de cocotier; puis ils élèvent les murailles avec des planches. Ils montrent en cela une adresse merveilleuse. Dans le vestibule de la maison, ils construisent un appartement qu'ils appellent mâlem, et où le maître du logis s'assied avec ses amis. Cette pièce a deux portes, l'une ouvrant sur le vestibule et par où s'introduisent les étrangers, et l'autre, du côté de la maison, par laquelle entre le propriétaire de celle-ci. Près de la chambre en question, il y a une jarre pleine d'eau, une écuelle nommée ouélendj et faite de l'écorce de la noix du cocotier. Elle a un manche long de deux coudées, et l'on s'en sert pour puiser de l'eau dans les puits, à cause de leur peu de profondeur.

Tous les habitants des Maldives, soit nobles, soit plébéiens, ont les pieds nus. Les rues y sont balayées et bien propres; des arbres les ombragent et le promeneur s'y trouve

ذلك لا بتو کل داخل الى الدار ان يغسل رجليه بالماء الذي .في لخابية بالمالم ويمسكها بمصير غليظ من الليف يكون هنالك ثم يدخل بيته وكذلك يفعل كل داخل إلى المسجد ومی عوائدهم اذا قدر عليهم مرکب أن تخرج اليه الكنادر وی

الكاف والدال وفيها

بضم القوارب الصغار واحدها كندرة اهل الجزيرة معهم التنبول والكرنبة وفي جوز النارجيل الاخضر فعلى الانسان منهم ذلك لمن شاء من أهل المركب ویکون نزيله ويجل أمتعته إلى داره كائه بعض أقربائه ومن أراد التروج

القادمين عليهم تزوج فاذا حان سعره طلق المراة لانهن من لا يخرجن عن بلادهن ومن لم يتزوج فالمراة التي ينزل بدارها

comme dans un verger. Malgré cela, il faut nécessairement que tout individu qui entre dans une maison se lave les pieds avec l'eau qui se trouve dans la jarre placée près du málem, et qu'il se les frotte avec un tissu grossier de lif (appendice ou stipule qui enveloppe la base des pétioles des feuilles du dattier) mis en cet endroit; après quoi, il pénètre dans la maison. Chaque personne qui entre dans une mosquée en use de même. C'est la coutume des indigènes, quand il leur arrive un vaisseau , que les canádir (au singulier cundurah), c'est-à-dire les petites barques, s'avancent à sa rencontre, montées par les habitants de l'île (voisine), lesquels portent du bétel et des caranbah, c'est-à-dire des noix de coco vertes. Chacun d'eux offre cela à qui il veut parmi les gens du vaisseau: cet individu devient son hôte et porte à sa maison les marchandises qui lui appartiennent, conime s'il était un de ses proches. Quiconque, parmi ces nouveaux venus, veut se marier, en est le maître. Lorsque arrive le moment de son départ, il répudie sa femme, car les habitantes des Maldives ne sortent pas de leur pays. Quant à celui qui ne se inarie pas, la femme dans la maison de la

ر

« PrejšnjaNaprej »