Slike strani
PDF
ePub
[ocr errors]

مالا للخزن

فرغوا من ذلك أمروا صاحب المركب أن يملى علیہم تغسيرا بجميع ما فيه من السلع قليلها وكثيرها ثم ينزل من فيه ويجلس حقاظ الديوان المشاهدة ما عندهم فان عثروا على

سلعة قد تمت عنهم عاد للبنك بجميع ما فيه د وذلك نوع من الظم ما رايته ببلاد من بلاد الكفار ولا المسلمين

إلا بالصين اللهم إلا أنه كان بالهند ما يقرب منه وهو أن من عثر على سلعة له قد غاب على مغرمها أغرم احد عشر مغرما ثم رفيع السلطان ذلك لما رفع المغارم ،

ذكر عادتهم في منع التجار عن الفساد واذا قدم التاجر

Ils ordonnent ensuite au patron du bâtiment de leur dicter en détail tout ce que la jonque contient en fait de marchandises, qu'elles soient de peu de valeur ou d'un prix considérable. Alors tout le monde débarque, et les gardiens de la douane siégent pour passer l'inspection de ce que l'on a avec soi. S'ils découvrent quelque chose qu'on leur ait caché, la jonque et tout ce qu'elle contient deviennent propriété du fisc. C'est là un genre d'injustice que je n'ai vu pratiquer dans aucun autre pays, soit d'infidèles, soit de musulmans; je n'ai vu cela qu'en Chine. Cependant, il y avait jadis dans l'Inde quelque chose d'analogue; car celui dans les mains duquel on trouvait une marchandise qu'il avait soustraite au payement de l'impôt était condamné à payer onze fois le montant dudit impôt. Le sultan Mohammed a aboli cette tyrannie, lorsqu'il a décrété la suppression des droits fiscaux pesant sur les marchandises.

DE L'HABITUDE QU'ONT LES CHINOIS D'EMPÊCHER QUE LES MARCHANDS

NE SE LIVRENT AU DÉSORDRE ET AU LIBERTINAGE.

Lorsqu'un marchand musulman arrive dans une des villes

(1)

(2)

المسم على بلد من بلاد الصين" ټري النزول عند تاجر من المسلمين المستوطنين معين او في الفندق فان احب النزول عند التاجر حصر ماله وضمنه التاجر المستوطن وأنفق عليه منه بالمعروف فاذا اراد السفر بحث عن ماله فان وجد شيء منه قد ضاع أغرمه التاجر المستوطن الذي منه وان اراد النزول بالفندق م ماله لصاحب الفندق ومنه وهو يشتری له ما أحب ويحاسبه فان أراد التسڑی اشترى له جارية وأسكنه بدار یکون بابها في الفندق وانفق عليهما ولواری رخيصات الائتمان اده) أن أهل الصين اجعين يبيعون أولاده

و

de la Chine, on lui laisse le choix de descendre chez un négociant de sa religion, désigné parmi ceux domiciliés dans le pays, ou bien d'aller à l'hôtellerie. S'il préfère la demeure chez le négociaat, on compte tout le bien qu'il a, on le confie audit négociant choisi par lui, lequel dépense l'argent de l'étranger pour pourvoir aux besoins de celui-ci, mais d'une manière honnête. Quand il veut partir, on examine son argent, et s'il en manque, le négociant chez lequel il demeure et qui a reçu la somme en dépôt est obligé de combler le déficit.

Dans le cas où le marchand qui arrive aime mieux se rendre à l'hôtellerie, on livre son argent au maître de l'auberge à titre de dépôt. Ce dernier achète pour le compte de l'étranger ce que celui-ci désire, et s'il veut une concubine, il fait pour lui l'acquisition d'une jeune fille esclave. Il le met alors dans un appartement dont la porte s'ouvre sur l'intérieur de l'hôtellerie, et il fait la dépense pour l'homme et pour la femme. Nous dirons à ce propos que les jeunes filles esclaves sont à très-bon marché dans la Chine; qu'en outre, tous les Chinois vendent leurs garçons, de même que leurs filles, et que cela n'est point considéré chez eux comme

وبناتهم وليس ذلك عيبا عندهم غير انهم لا يجبرون على السفر مع مشتريهم ولا يمنعون أيضا منه أن اختاروه وكذلك إن اراد التزوج تزوج واما انغاق ماله في الفساد فشيء لا سبيل له اليه ويقولون لا نريد أن يسمع في بلاد المسلمين انهم بيخسرون أموالهم في بلادنا فانها ارض فساد ومحسن فائت (1)

ذكر حفظهم للمسافرين في الطرق وبلاد الصين آمن البلاد وأحسنها حا للمسافر فان الانسان يسافر منفردا مسيرة تسعة

معه الأموال الطائلة فلا يخاف عليها وترتیب اشهر وتكون معه ذلك أن لهم في كل منزل ببلادهم تندقا عليه حاكم يسكن

un déshonneur. Seulement, on ne les force pas à voyager avec ceux qui les achètent, et l'on ne les en empêche pas non plus, si toutefois ils le veulent bien. Quand le marchand étranger désire se marier en Chine, il le peut aussi très-facilement; mais pour ce qui est de dépenser son argent dans le libertinage , cela ne lui est nullement permis. Les Chinois disent : « Nous ne voulons point que l'on entende rapporter dans le pays des musulmans qu'ils perdent leurs richesses dans notre contrée, que c'est une terre de débauche et de beauté fragile ou mondaine. ”

DU SOIN QU'ILS PRENNENT DES VOYAGEURS SUR LES ROUTES,

La Chine est la plus sûre ainsi que la meilleure de toutes les régions de la terre pour celui qui voyage. On peut parcourir tout seul l'espace de neuf mois de marche sans avoir rien à craindre, même si l'on est chargé de trésors. C'est que dans chaque station il y a une hôtellerie surveillée par un officier, qui est établi dans la localité avec une troupe de cavaliers et de fantassins.

به في جماعة من الفرسان والرجال فاذا كان بعد المغرب او العشاء الأخرة جاء حاكم إلى الفندق ومعه كاتبه فكتب

جميع من يبيت به من المسافرين وختم عليها واقفل اسماء باب الغندق علیہم فاذا كان بعد الصبح جاء ومعه كاتبه فدعا كل انسان باسمه وكتب بها تفسيرا وبعث معهم من يوصلهم إلى المنزل الثاني له وياتيه ببراءة من حاكه أن لجميع

وهاكذا العمل في

بم قد وصلوا اليه وان لم يفعل طلبه

مین صين الصين الى خان بالق وفي هذه الفنادق جميع ما يحتاج اليه المسافر من الأزواد وخصوصا الدجاج والإوز ولا الغنم فهي قليلة عندهم ولنعد إلى ذکر سفرنا فنقول تا قطعنا البحر كانت أول مدينة وصلنا اليها

كل منزل ببلادهم

و

و

Tous les soirs, après le coucher du soleil, ou après la nuit close, l'officier entre dans l'auberge, accompagné de son secrétaire; il écrit le nom de tous les étrangers qui doivent y passer la nuit, en cachette la liste, et puis ferme sur eux la porte de l'hôtellerie. Au matin, il y retourne avec son secrétaire, il appelle tout le monde par son nom, et en écrit une note détaillée. Il expédie avec les voyageurs une personde chargée de les conduire à la station qui vient après, et de lui apporter une lettre de l'officier préposé à cette seconde station , établissant que tous y sont arrivés; sans cela ladite personne en est responsable. C'est ainsi que l'on en use dans toutes les stations de ce pays, depuis Sin-assîn jusqu'à Khân-bâlik. Dans ces auberges, le voyageur trouve tout ce dont il a besoin en fait de provisions; il y a surtout des poules et des oies; quant aux moutons, ils sont rares en Chine.

Pour revenir aux détails de notre voyage, nous dirons qu'après notre trajet sur mer, la première ville chinoise où

مدينة انزينون وهذه المدينة ليس بها زينون ولا بجميع بلاد اهل الصين والهند ولاكنه أسمم وضع عليها وفي مدينة عظيمة كبيرة تصنع بها ثياب الليغا والاطلس وتعرف بالنسبة اليها وتفضل على الثياب الخنساوية وبالقية ومرساها من اعظم مراسى الدنيا أو هو أعظمها رايت به نحو مأية جنك كبار واما الصغار فلا تحمی کثرة وهو خور كبير من البحر يدخل في البر حتى يختلط بالنهر الاعظم وهذه المدينة وجميع بلاد الصين يكون للانسان بها البستان والارض وداره في وسطها مثل ما في بلدة بيجاسة ببلادنا وبهذا عظمت بلادهم والمسلمون ساكنون بمدينة على حدة وفي يوم وصولی

nous débarquâmes, ce fut celle de Zeïtoûn (Tseu-thoung; actuellement Thsiuan-tchou-fou). Bien que Zeitoûn en arabe signifie olives, il n'y a pourtant pas d'oliviers dans cette cité, pas plus que dans aucun autre endroit de la Chine ni de l'Inde; seulement, c'est là son nom. C'est une ville grande, superbe, où l'on fabrique les étoffes damassées de velours, ainsi que celles de satin , et qui sont appelées de son nom zeïtoûniyyah; elles sont supérieures aux étoffes de Khansâ et de Kbâp-bålik. Le port de Zeïtoûn est un des plus vastes du monde; je me trompe, c'est le plus vaste de tous les ports. J'y ai vu environ cent jonques de grande dimension; quant aux petites, elles étaient innombrables. C'est un vaste golfe qui, de la mer, entre dans les terres, jusqu'à ce qu'il se réunisse avec le grand fleuve. Dans cette ville, comme dans toute autre de la Chine, chaque habitant a un jardiu, un champ, et sa maison au milieu, exactement de même que cela se pratique chez nous, dans la ville de Sigilmavah. C'est pour cette raison que les cités des Chinois sont si grandes. .

Les mahometans demeurent dans une ville à part. Le

« PrejšnjaNaprej »