Slike strani
PDF
ePub

فاستعمل منزعا واعظمها موقع وصارت عنه الرسالة الكريمة والقصيدة اللتان بعثهما إلى الروضة الشريفة المقدسة الطاهرة روضة سيد المرسلين وشفیع المذنبین رسول الله صلى الله عليه وسلم وكتبهما بخط يده الذي يخجل الروق حسنا وذلك شيء لم يتعاط أحد من ملوك الزمان إنشاءه ولا رام إدراكه ومی تامل التوقيعات الصادرة عنه ایده الله تعالى وأحاط علا بحصولها لاح له فضد ما وهب الله لمولانا من

بين الطبيعي والمكتسب البلاغة التي تطره عليها وجع منها واما صدقاته الجارية وما أمر به من عارة الزوايا بجميع بلاده لاطعام الطعام للموارد والصادر فذلك ما لم يفعله أحد

اله

belles-lettres, qu'il cultiva comme auteur et qu'il honora par ses réponses écrites, ou diplômes. Or il a composé la sublime épître et le poëme qu'il a envoyés au mausolée noble, saint, pur; je parle du mausolée du prince des ambassadeurs, de l'intercesseur des coupables, de l'envoyé de Dieu, ou Mahomet. Il les a tracés de sa propre main ,dont l'écriture surpasse en beauté tous les autres ornements du saint tombeau. C'est là une action qu'aucun autre roi de l'époque n'a pris soin d'accomplir, ni même n'a espéré de pouvoir atteindre. Quiconque a bien considéré les rescrits, ou patentes, émanés de notre souverain (que Dieu l'assiste!), et a connu d'une manière complète tout ce qu'ils contenaient, se sera fait une bonne idée du haut degré d'éloquence dont Dieu l'a gratifié en le créant, et de ce qu'il a réuni en sa faveur, en fait d'éloquence persuasive naturelle et acquise. »

Ce qui touche les aumônes que répand notre maître et les ermitages qu'il a fait construire dans ses pays, pour donner à manger à tous les allants et venants, ne trouve point de

من الملوك غير السلطان أتابك أجد وقد زاد عليه مولانا

والتصدق أيده الله بالتصدق على المساكين بالطعام كل بالزرع على المتسترين من أهل البيوت قال ابن جزي اخترع مولانا ایده الله في الكرم والصدقات أمورا لم تخطرى الأوهام ولا تهدت اليها السلاطين فنها إجراء الصدقة على المساکین بكل بلد من بلاده على الدوام ومنها تعیین الصدقة الوافرة للسجونين في جميع البلاد ايضا ومنها كون تلك الصدقات خبرا مخبوزا مثيرا للانتفاع به ومنها كسوة المساكين والضعفاء والعجائز والمشائخ والملازمين للساجد بجميع بلاده ومنها تعيين المعايا لهؤلاء الأصناف في عيد الاضحى ومنها

parallèle dans la conduite des autres rois, excepté dans celle du sultan Âtâbec Abmed. Cependant notre maître lui est supérieur en ce qu'il donne à manger aux pauvres tous les jours, et en ce qu'il distribue des céréales aux pauvres honteux d'entre les anachoretes. .

Ibn Djozay dit : « Notre maître (que Dieu l'assiste!) a inventé de telles choses au sujet de la générosité et des aumônes, qu'elles n'étaient venues à l'esprit de personne, et que les sultans n'avaient pas eu le mérite de les pratiquer. Telles sont, entre autres : 1° la distribution constante d'aumônes aux pauvres, dans toutes les parties de son royaume; 2° la fixation d'aumônes nombreuses

nes nombreuses pour les prisonniers, dans toute l'étendue du pays; 3° la disposition que toutes les aumônes dont on vient de parler fussent faites en pain bien cuit, et prêt à être utilisé; 4° le don de vêtements aux pauvres, aux infirmes, aux vieilles femmes, aux vieillards, et à ceux qui sont attachés aux mosquées, dans la totalité de ses domaines; 5° la désignation des holocaustes pour ces classes de gens, le jour de la fête des sacrifices; 6° la distri

و

[ocr errors]

(1)

سبعة وعشرين

يوم التصدق بما يجتمع في مجابی ابواب بلاده من رمضان اكراما لذلك اليوم الكريم وقيامها بحقه ومنها إطعام الناس في جميع البلاد ليلة المولد الكريم واجتماعهم لاقامة رسمه ومنها إعذار) اليتامى من الصبيان وكسوتهم يوم عاشوراء ومنها صدقته على الرئي والضعفاء بازواج للارث يتيون بہا اودهم ومنها صدقته على المساكين بحضرته بالطنافس الوتيرة والقطائف ياد يفترشونها عند قادم وتلك مكرمة لا يعم لها نظير ومنها بناء المرستانات في كل بلد من بلاده وتعيين الأوقاف الكثيرة من المرضى وتعيين الأطباء

bution en aumônes de toute la recette des impôts perçus aux portes du pays, ou des octrois, le vingt-septième jour du mois de ramadhân, pour honorer cette illustre journée et pour la sanctifier comme elle le mérite; 7° le festin qu'il offre au public, dans tous ses pays, la nuit anniversaire de la naissance sublime de Mahomet, et son action de rassembler le peuple dans cette circonstance, pour accomplir les cérémonies religieuses d'une telle solennité; 8° le soin qu'il prend de la circoncision des garçons orphelins du pays, ainsi que du banquet qui la suit, et les habillements qu'il leur donne le jour de l'âchoûrá, ou le dixième jour du mois de moharram; 9° la charité qu'il fait aux paralytiques et aux infirmes de couples (d'esclaves?), pour labourer la terre, et au moyen desquels ces malheureux améliorent leur position; 10° l'aumône qu'il fait aux pauvres de sa capitale de tapis moelleux et de tapis velus excellents, qu'ils étendent lorsqu'ils veulent dormir : c'est là une libéralité sans pareille; 11° la construction d'hôpitaux dans chaque ville de son royaume, la désignation de legs nombreux pour servir à la nourriiure ou à l'entretien des inalades, et la nomi

المعالجتهم والتصرف في طبهم إلى غير ذلك ما أبدع فيه من انواع المكارم وضروب المأثر كان الله اياديه وشكر نعمه واما رفعه للظالم عن الرعية منها الرتب التي كانت توخذ بالطرقات امر ايده الله بگو رسمها وكان لها مجبى عظيم فلم يلتفت اليه وما عند الله خير وأبقى واما كنه أيدي الظلام فامر مشہور وقد سمعته أيده الله يقول لعمالة لا تظلموا الرعية وکد عليهم في ذلك الوصية قال ابن جزي ولو لم یکن من رفق مولانا ايده الله برعيته إلا رفعه التضييف الذي كانت عمال الزكاة وولاة البلاد تاخذه من الرعايا كني ذلك أثرا في

nation de médecins pour les soigner et les guérir. Je passe sous silence plusieurs autres sortes de libéralités et de vertus rendues manifestes par notre maître. Puisse Dieu rétribuer ses bienfaits et récompenser ses grâces! »

Quant à la suppression des injustices qui pesaient sur ses sujets, il convient de mentionner les taxes de péage que l'on percevait sur les routes. Notre maître (que Dieu l'aide!) a ordonné de les abolir totalement, et il n'a pas été arrêté en cela par la considération qu'elles étaient la source d'une recette fort importante. Ce que Dieu tient en réserve vaut mieux, et est plus durable. (Coran, xxvIII, 60; XLII, 34.) Relativement aux soins que notre maître prend, afin de repousser les mains, ou les secours de l'oppression, loin de lui, ce sont là des choses bien connues. Je l'ai entendu qui disait à ses receveurs d'impôts : « Ne vexez jamais les sujets; » et il leur faisait de grandes recommandations à ce propos.

Ibn Djozay ajoute ici : « Quand même il n'y aurait à citer, comme preuve de la bonté de notre maître (que Dieu l'aide !) pour ses sujets, que la suppression ordonnée par lui du droit d'hospitalité, ou de bienvenue, que les percepteurs des contributions et les gouverneurs des villes exigeaient du public,

[ocr errors]
[merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small]

المظالم العدل ظاهرا ونورا في الرفق باهرا فكيف وقد رفع من وبسط من المرافق ما لا يحيط به لمصر وقد صدر في أيام تصنیف

من أمره الكريم في الرفق بالمسجونين ورفع الوظائف هذا الثقيلة التي كانت توخذ منهم ما هو اللائق باحسانهم

الأقطار وكذلك

يع
من رافته وشمل الأمر بذلك (1)
والمعهود من

القضاة وكام ما فيه صدر من التنكيل بمن ثبت جوره ما

المعتدين واما فعله في معاونة أهل

وردع الاندلس على الجهاد ومحافظته على إمداد الثغور بالاموال والادوات والسلاح وقته في عضد العدو بإعداد العدد وإظهار

زاجر المظلة

cela seul, dis-je, suffirait pour montrer un signe manifeste de justice et une lumière éclatante de bienveillance. Que dirons-nous, puisqu'il est établi que notre maître a aboli en fait d'injustices et prodigué en fait d'avantages ce qu'on est impuissant à compter? Au moment où l'on écrivait ce livre, un ordre sublime est émané de notre maître, d'avoir à traiter les prisonniers avec douceur et de supprimer les lourdes charges qu'on leur imposait; cet ordre embrassait toute l'étendue du pays. C'est là un vrai bienfait pour ces misérables, et c'est un acte digne de sa clémence célèbre. De même, il a commandé qu'on punît d'une manière exemplaire tout juge et tout gouverneur dont la tyrannie serait constatée. Voilà un bon moyen d'empêcher l'injustice et de repousser les oppresseurs. »

Tout ce qui se rapporte à sa conduite pour aider les habitants de l'Andalousie dans la guerre sainte, pour fournir aux places frontières des secours en argent, provisions de bouche et armes, pour affaiblir le pouvoir de l'ennemi ou briser ses alliances , au moyen de préparatifs en munitions de guerre, et d'une belle parade de vigueur; tout cela, disons-nous, est très-notoire, la connaissance n'en est nullement effacée

و

« PrejšnjaNaprej »