Slike strani
PDF
ePub

(1).

من رابط به إلى نهاية العمر قال ابن جزي جبل الغے هو معقل الاسلام المعترض نجا في محلوق عبدة الأصنام حسنة مولانا ابي الحسن رضي الله عنه المنسوبة إليه وتربته التي قدمها نورا بين يديه محل غدد للجهاد ومقر آساد الاجناد والثغر الذي إفتر عن نصر الايمان واذاق أهل الأندلس بعد مرارة للخوف حلاوة الأمان ومنه كان مبدأ الغة الأكبر وبه نزل طارق بن زیاد مولی موسی بن نصيرعند جوازه فتسب اليه فيقال له جبل طارق وجبل الغت لان مبدأه كان منه وبقايا السور الذي بناه ومن معه باقية إلى الآن تیمی بسور العرب

و

cela. J'aurais désiré alors d'être, jusqu'à la fin de mes jours,

, au nombre de ceux qui gardent et défendent cette localité.

Ibn Djozay dit : « La montagne de la conquête, ou de la victoire, est la forteresse de l'islamisme, placée, pour les étouffer, en travers des gosiers des adorateurs d'idoles ; c'est la bonne action de notre maître Aboû'l Haçan (que Dieu soit content de lui!), laquelle se rattache à son nom; c'est l'æuyre pieuse qu'il a fait marcher devant lui, comme une brillante lumière ; c'est la place des munitions pour la guerre sainte, et le lieu où résident les lions des armées ; c'est le thaghr (bouche, frontière, etc.) qui a souri à la victoire de la foi, et qui a fait goûter aux Espagnols la douceur de la sécurité, après l'amertume de la crainte. La grande conquête de l'Espagne a eu son commencement en ce lieu, lors de la descente de Thârik, fils de Ziyâd, affranchi de Mouça, fils de Nossaïr, pour l'invasion de ce pays. La montagne prit par conséquent le nom de ce guerrier; elle fut appelée la Montagne de Thârik, et aussi la Montagne de la conquête, puisque celle-ci commença par ce point. On voit encore les restes de la muraille que ce capitaine et ses compagnons y bâtirent, et qui sont nommés le mur des Arabes.

[ocr errors]

و

شاهدتها أيام إقامتی به عند حصار الجزيرة أعادها الله ثم فلکه مولانا ابو الحسن رضوان الله عليه واسترجعه می ایدی الروم بعد تملكهم له عشرين سنة ونيفها وبعث إلى حصاره ولده الأمير جليل ابا مالك وايدة بالاموال الطائلة والعساکی الحرارة وكان فتحه بعد حصار ستة أشهر وذلك في عام ثلاثة

ولم يكن حينئذ على ما هو الآن علیه ( وثلاثين) وسبعماية (1) فبنى به مولانا ابو الحسن رجة الله عليه المأثرة العظمى باعلى الحصن وكانت قبل ذلك برجا صغيرا تهدم باحجار المجانيق فبناها مكانه وبنى به دار الصناعة ولم يكن به دار صنعة وبنى السور الاعظم المحيط بالتربة لأمراء الأخذ من دار

)

(2):

(3)

Je les ai vus pendant mon séjour dans cette place, à l'époque du siége de la ville d'Algéziras par les chrétiens. (Que Dieu la fasse retourner à l'islamisme!)

« Gibraltar fut de nouveau conquis par notre maître Aboû'l Haçan (que Dieu soit content de lui!) et arraché des mains des chrétiens, qui l'avaient possédé plus de vingt ans. Il envoya, pour en faire le siége, son fils, le prince illustre Aboû Mâlic, qu'il secourut avec beaucoup de richesses et de nombreuses troupes. Le château fut pris l'an 733 de l'hégire (1333 de J. G.), après avoir été assiégé pendant six mois. Cette place n'était pas alors dans l'état où elle se trouve maintenant. Notre maître Abou'l Haçan (que Dieu lui fasse miséricorde!) y bâtit l'immense tour dans le haut du château; il n'y avait d'abord qu'une tourelle, qui fut ruinée par les pierres lancées par les balistes, et notre maître fit construire à sa place la vaste tour dont je viens de parler. Il fit aussi bâtir à Gibraltar un arsenal, ou des ateliers, qui manquaient avant son temps; enfin, il éleva la grande muraille qui entoure le monticule rouge, et qui commence à

الصنعة الى المدة ثم جدد مولانا امیر المؤمنين ابو عنان ایده الله عهد تحصينه وتحسينه وزاد بناء السور بطرف الغة وهو أعظم أسواره غناء وأعتها نفها وبعث اليه العدد الوافرة والاقوات والمرافق العامة وعامل الله تعالى فيه بحسن النية وصدق الاخلاص وتا كان في الاشهر الاخيرة من عام ستة وخسین وقع بجبل الفتح ما ظهر فيه أثر یقین مولانا ایده الله وثمرة توله في أموره على الله وبان مصداق ما اطرد

السعادة الكافية وذلك ان عامل الجبل فائن الذی ختم له بالشفاء عيسى بن الحسن بن أبي منديل ننرع يده المغلولة على الطاعة وفارق عصمة الجماعة واظهر النفاق وجح في

له من

(1)

l'arsenal et va jusqu'à la tuilerie. Plus tard, notre maître, le commandant des fidèles, Aboû 'Inân (que Dieu l'assiste!), renouvela les fortifications de Gibraltar et ses einbellissements; il construisit une muraille jusqu'à l'extrémité de la montagne; or cette partie qu'il a ajoutée est la plus remar. quable, et celle dont l'utilité est la plus générale. Il fit porter à Gibraltar d'abondantes munitions de guerre, ainsi que de bouche, et des provisions de toutes sortes; il agit en cela envers l'Être suprême avec la meilleure intention et la piété la plus sincère.

« Dans les derniers mois de l'année 756 de l'hégire (1355 de J. C.), il arriva à Gibraltar up fait qui démontra la grande foi religieuse de notre maître (que Dieu l'assiste!), le fruit de sa pleine et entière confiance dans l'Être suprême, et le degré de bonheur parfait qui lui a été accordé. C'est que le gouverneur de Gibraltar, le traître qui a fini sa vie dans la misère, 'iça, fils d’Alhaçan, fils d'Abou Mendîl, retira de l'obéissance sa main perfide, qu'il abandonna la défense des intérêts de la communion des fidèles, fit preuve d'hy

و

رجاله ومي عن مبدأ

(1)

الغدران والشقاق وتعاطى ما ليس من حالة التىء وماله وتوهم الناس ان ذلك مبدأ فتنة تنغق على إطفائها كرائم الأموال ويستعد لإتقائها بالفرسان والرجال نكت سعادة مولانا ايده الله ببطلان هذا التوق وقضى صدق يقينه بانخراق العادة في هذه الفتنة فلم تكن إلا ايام يسيرة وراجع أهل للبد بصائرهم وثاروا على الثائر

الطاعة وقبضوا وخالفوا الشقى المخالف وأقاموا بالواجب عليه وعلى ولده المساعد له في النفاق وأتى بهما صدين إلى الحضرة العلية فنفذ فيهما حكم الله في المحاربين وأراح الله

pocrisie, s'obstina dans la trahison et dans la révolte. Ce rebelle se mêla donc de ce qui ne le regardait pas, et ne sut voir pi le commencement, ni la fin de sa mauvaise position. Les hommes s'imaginèrent que c'était là la première manifestation d'une guerre civile, qui coûterait pour l'éteindre d'immenses trésors, et qui exigerait pour s'en garantir la mise sur pied de cavaliers et de fantassins. Cependant, le bonheur de notre maître (que Dieu l'assiste!) décréta que cette pensée serait vaine, et la sincérité de sa foi jugea que ces désordres auraient une fin inattendue, singulière. En effet, à peine quelques jours s'étaient passés, que les habitants de Gibraltar réfléchirent, qu'ils se mirent d'accord, se soulevèrent contre l'insurgé, se révoltèrent contre le coupable rebelle, et firent tout ce qu'ils devaient à leur obéissance envers le souverain. Ils se saisirent du gouverneur révolté et de son fils, qui l'avait seconde dans l'hypocrisie. On les conduisit tous les deux bien garrottés dans l'illustre capitale, où on leur appliqua la sentence que Dieu a portée contre les rebelles, fauteurs de guerres civiles (cf. Coran, v, 37). Ainsi le Très-Haut délivra le pays du mal que voulaient faire ces deux criminels.

(1)

من شرها ومتا خدت نار الفتنة أظهر مولانا ايده الله من العناية ببلاد الأندلس ما لم يكن في حساب " اهلها وبعث الى جبل الفتح ولده الأسعد المبارك الأرشد أبا بكر المدعو من السمات السلطانية بالسعيد أسعده الله تعالى وبعث معه انجاد الفرسان ووجوه القبائل وكفاة الرجال وادر علیہم الأرزاق ووسع لهم الإقطاع وحرر بلادهم من المغارم وبذل لهم جزيل الاحسان وبلغ من اهتمامه بامور الإبل ان امر ايده الله ببناء شكل يشبه شكل الجبل الذكور فتد فيه اشكال أسواره وابراجه وحصنه وأبوابه ودار صنعته ومساجده ومخازن محدده وأقرية زرعه وصورة لبد وما اتصل به می

• Dès que le feu de la discorde se fut apaisé, qotre maître (que Dieu l'aide!) montra une telle sollicitude pour les

provinces de l'Espagne, que les habitants de ce pays n'osaient pas lant espérer. Il envoya à Gibraltar son fils, le plus heureux, le béni, le plus pieux, Aboů Becr, nommé le Fortuné, une des épithètes affectées aux personnes impériales (que le Dieu très-haut l'assiste!). Le sultan fit partir avec lui les cayaliers les plus braves, les notables d'entre les diverses tribus, et les hommes les plus accomplis. Il leur fournit tout le nécessaire, leur donna d'abondantes assignatiops en terres , rendit leurs pays libres d'impôts, et leur prodigua toutes sortes de bienfaits. Les soins que notre maître prenait de Gibraltar et de tout ce qui le concernait étaient si grands, qu'il ordonna de construire le plan, ou la figure exacte de cette place; il y fit représenter ses murs, ses tours, son château, ses portes, son arsenal, ses mosquées, ses magasins de munitions de guerre, ses greniers pour les céréales, la forme de la montagne et de la colline ou monticule rouge,

« PrejšnjaNaprej »