Slike strani
PDF
ePub

یکتری من

ذلك ولا تأخرت وكان ابن زيري وقعت بينه وبين ابن خاله ويعرف بابن عدي منازعة ومشاتمة فتأخرعن الرفقة فضل فتا نزل الناس لم يظهرله خبر فاشر على ابن خاله بان مشرفة من يقص أثره لعله يجده فابي وانتدب في

مشوفة دون أجرة لطلبه فوجد أثره الثاني رجل اليوم وهو يسلك للادة طورا ويخرج عنها تارة ولم يقع له على خبر ولقد لقينا قافلة في طريقنا فاخبرونا أن بعض رجال انقطعوا عنهم فوجدنا احدهم ميتا تحت مجيرة من التجار الرمد وعليه ثيابه وفي يده سوط وكان الماء على نحو میل منه ثمر

moment, je n'osai plus ni précéder la caravane, ni rester en arrière. Cet Ibn Ziry avait eu une dispute avec le fils de son oncle maternel, le nommé Ibn 'Ady, et ils s'étaient dit réciproquement des injures : c'est pour cela qu'Ibn Ziry s'écarta de la caravane et s'égara. Lorsque celle-ci fit halte, personne ne sut où était Ibn Ziry; je conseillai à son cousin de louer un Messoůhite, qui chercherait ses traces et qui peut-être le rencontrerait. Ibn 'Ady ne le voulut pas; mais, le lendemain, un Messoûfite consentit, de bon gré, et sans exiger de salaire, à aller à la recherche de l'homme qui manquait. Il reconnut les vestiges de ses pas, qui tantôt suivaient la grande route, et tantôt en sortaient; cependant il ne put point retrouver Ibn Zîry lui-même, ni avoir de ses nouvelles. Nous venions de rencontrer une caravane sur notre chemin, laquelle nous apprit que quelques-uns de leurs compagnons s'étaient séparés d'eux. En effet, nous en trouvâmes un mort sous un arbrisseau d'entre les arbres qui croissent dans le sable du désert. Ce voyageur portait ses habits sur lui, tenait un fouet à la main, et l'eau n'était plus qu'à la distance d'un mille lorsqu'il avait succombé.

وصلنا الى تارقد بفتح التاء المثناة والسين المهمل والراء وسكون الهاء وفي احساد ماه تنزل القوافل عليها ويقيون ثلاثة أيام فيستريحون ويصلون اسقيتهم ويملكونها بالماء ويخيطون عليها التدليس خوف الريج ومن هنالك يبعث التكشي

ذكر التكشيف والتكشيف اسم کتل رجل من مشوفة یکتريه أهل القافلة فيتقدم إلى أبوالاتن بكتب الناس إلى اصحابهم بها ليکتروا لهم الدور ويخرجون للقائهم بالماء مسيرة اربع ومن لم يكن له صاحب بايوالاتی کتب إلى مي شهر بالغضل من التجار بها فيشاركه في ذلك ورما هلك

(1)

Nous arrivâmes à Tâçarahlâ, lieu de dépôts, ou amas souterrains d'eaux pluviales; les caravanes descendent dans cet endroit et y demeurent pendant trois jours. Les voyageurs prennent un peu de repos; ils raccommodent leurs outres, les remplissent d'eau, et y cousent tout autour des tapis grossiers (cf. Dozy, Dictionn. détaillé, etc. p. 369), par crainte des vents ou de l'évaporation. C'est de ce lieu que l'on expédie le takchif, ou (le messager de) la découverte.

DU TAKCHir. C'est là le nom que l'on donne à tout individu des Messollfah que la caravane paye pour la précéder à fouâlâten. Il prend les lettres que les voyageurs écrivent à leurs connaissances ou à leurs amis de cette ville, afin qu'ils leur louent des maisons, et qu'ils viennent à leur rencontre avec de l'eau, à la distance de quatre jours de marche. Celui qui n'a pas d'amis à fouâlâten adresse sa missive à un négociant de cette place connu par sa bienfaisance, lequel ne manque pas de faire pour cette personne comme pour les autres de sa connaissance. Souvent il arrive que le tak

(2)

التكشيف في هذه العراء فلا يعلم اهل ایوالات بالقافلة فيهلك اهلها او الكثير منهم وتلك العراء كثيرة الشياطين فان كان التكشيف منفردا تعبث به) واستهوته حتى يضت عن قصده فيهلك إذ لا طريق يظهر بها ولا اثراتماي رمال تشغيها الريح فترى جبالا من الرمل في مكان ثم تراها قد انتقلت الى سواه والدليل هنالك می كثرتردده وكان له قلب ذكي وراي من العجائب أن الدليل الذي كان لنا هو اعور العين الواحدة مريض الثانية وهو اعرف الناس بالطريق

الذهب واكترينا التكشيف في هذه السفرة بأية مثقال وهو من مشوفة وفي ليلة اليوم السابع راينا نيران الذين

chif, ou messager, périt dans ce désert; alors les habitants d'souâlâten n'ont aucun avis de la caravane, qui succombe tout entière ou en grande partie. Cette vaste plaine est hantée par beaucoup de démons; si le messager est seul, ils jouent avec lui, le fascinent, de sorte qu'il s'écarte de son but et meurt. En effet, il n'y a dans ce désert aucun chemin apparent, aucune trace visible; ce ne sont que des sables que le vent emporte. On voit quelquefois des montagnes de sable dans un endroit, et peu après elles sont transportées dans un autre lieu.

Le guide dans cette plaine déserte est celui qui y est allé et en est revenu plusieurs fois, et qui est doué d'une tête trèsintelligente. Une des choses étonnantes que j'ai vues, c'est que notre conducteur avait un cil perdu, le second malade, et, malgré cela, il connaissait le chemin mieux qu'aucun autre mortel. Le messager que nous louâmes dans ce voyage nous coûta cent ducats d'or : c'était un homme de la peuplade des Messoûfah. Au soir du septième jour après son

من الشراق

خرجوا للقائنا فاستبشرنا بذلك وهذه المعراء منيرة مشرقة

أمنة ينشرح الصدر فيها وتطيب النفس وفي والبقر الوحشية بها كثي" ياتي القطيع منها حتى يقرب من الناس فيصطادونه بالكلاب والشاب لاكن لجها يولد اكله العطش فیتاماه كثير من الناس لذلك ومن العجائب ان هذه البقر اذا قتلت وجد في كروشها الماء ولقد رأيت أهل مشوفة يعصرون الكرش منها ويشربون الماء الذي فيه ولات ايضا بهذه العراء كثيرة

حكاية وكان في الغافلة تاجر تلساني يعرف بالحاج زیان ومی عادته أن يقبض على ليات ويعبث بها وكنت انهاه عن

دلك

départ, nous vêmes les feux des gens qui étaient sortis vers nous, et cela nous réjouit extrêmement.

Cette plaine est belle, brillante; la poitrine s'y dilate, l'âme s'y trouve à l'aise, et les voleurs n'y sont pas à craindre. Elle renferme beaucoup de beufs sauvages, au point que souvent on voit une troupe de ceux-ci s'approcher assez de la caravane pour qu'on puisse les chasser avec les chiens et les flèches. Cependant leur chair engendre la soif chez les gens qui la mangent; et c'est pour cette raison que bien des personnes s'abstiennent d'en faire usage. Une chose curieuse, c'est que, quand on tue ces animaux, on trouve de l'eau dans leurs ventricules. J'ai vu des Messoûfites presser un de ces viscères, et boire l'eau qu'il contenait. Il y a aussi dans ce désert une grande quantité de serpents.

ANECDOTE.

Nous avions dans cotre caravane un marchand de Tilimisan, appelé Zeyyân le Pèlerin, qui avait l'habitude de saisir les serpents et de jouer avec ces reptiles; je lui avais

و

ادخل يده في حجر ضب ليخرجه

يوم فلا ينتهي نيت کان ذات فوجد مكانه حية فاخذها بيده وأراد الركوب فلسعنه في تابته اليمنى واصابه وجع شديد فكويت يده وزاد الله عشى النهار فنحرجد وادخل يده في كرشه وتركها كذلك ليلة ثم تناثر لحم اصبعه نقطعها من الأصل واخبرنا أهل مشوفة أن تلك لية كانت قد شربت الماء قبل لسعه ولو لم تكن شربت لقتلته ولما وصل الينا الذين استقبلونا بالماء شربت خيتنا ودخلنا محراء شديدة ليست كالني عهدنا وكنا نرحل بعد صلاة العصر ونسرى اليد كله وننزل

[ocr errors]

dit de ne pas le faire, et il continua. Un certain jour, il mit sa main dans le trou d'un lézard, pour le faire sortir; mais, en place, il trouva un serpent qu'il prit dans sa main. Il voulut alors monter à cheval, et le serpent lui mordit le doigt indicateur de la main droite, ce qui lui causa une douleur considérable. On lui cautérisa la plaie avec un fer rouge, et le soir sa douleur s'augmenta; elle devint atroce. Notre patient égorgea un chameau; il introduisit sa main droite dans l'estomac de l'animal, et l'y laissa toute la nuit. Les parties molles du doigt malade tombèrent par fragments, et il coupa par sa base le doigt tout entier. Les Messoûfites nous dirent que ce reptile avait certainement bu de l'eau un peu avant de piquer le marchand; car, sans cela, sa blessure aurait été mortelle.

Quand les personnes qui venaient à notre rencontre avec de l'eau nous eurent rejoints, nous donnâmes à boire à nos chevaux, puis nous entrâmes dans un désert énormément chaud , et bien différent de celui auquel nous avions été habitués jusqu'alors. Nous nous mettions en marche après la prière de l'après-midi; nous voyagions pendant toute la nuit, et faisions halte au matin. Des hommes de la tribu

« PrejšnjaNaprej »