Slike strani
PDF
ePub

حكاية نحوها دخلت يوما على ابن عقد نکان المشوق الذي قدمنا في محبته فوجدته قاعدها على بساط وی وسط داره سریر مظلل عليه أمرأة معها رجل قاعد ويا يتحدثان فقلت له ما هذه المرأة فقال في زوجتي فقلت وما الرجل الذي معها منها فقال هو صاحبها فقلت له أترضى بهذا وانت قد سکنت بلادنا وعرفت أمور الشرع فقال لي صاحبة النساء الرجال عندنا على خير وحسن طريقة لا تهمة فيها ولسي كنساء بلادكم نجبت من رعونته وانصرفت عنه فم اقد اليه بعدها واستدعان مات فم اجبه ولما عزمت على السفر

ANECDOTE ANALOGUE À LA PRÉCÉDENTE.

Je me rendis une fois chez Aboû Mohammed Yandecân le Messoùfite, celui-là même en compagnie duquel nous étions arrivés à fouâlâten. Il était assis sur un tapis, tandis qu'au milieu de la maison il y avait un lit de repos, surmonté d'un dais, sur lequel était sa femme, en conversation avec un homme assis à son côté. Je dis à Aboủ Mohammed : « Qui est cette femme? - C'est mon épouse, . répondit-il. . L'individu qui est avec elle, que lui est-il? — C'est son ami.

Est-ce que tu es content d'une telle chose, toi qui as habité nos pays, et qui connais les préceptes de la loi divine? - La société des femmes avec les hoinmes, dans cette contrée, a lieu pour le bien et d'une façon convenable, ou en tout bien et en tout honneur: elle n'inspire aucun soupçon. Nos femmes, d'ailleurs, ne sont point comme celles de vos pays. » Je fus surpris de sa sottise; je partis de chez lui, et n'y retournai plus jamais. Depuis lors, il m'invila, à plusieurs reprises, à l'aller voir, mais je m'en abstins constamment.

Lorsque je fus décidé à entreprendre le voyage de Málli,

[ocr errors]

الى مالى وبينها وبين ايوالات مسيرة أربعة وعشرين يوما للمجد اكتريت دليلا من مشوفة إذ لا حاجة إلى السفر في رفقة لامن تلك الطريق وخرجت في ثلاثة من أمعاي وتلك الطريق كثيرة الاتجار واشجارها عادية ضخمة يستظل القافلة بظت الشجرة منها وبعضها لا اغصان لها ولا ورق ولاكن ظل جسدها بحيث يستظل به الانسان وبعض تلك الاحجار قد إستأسي) داخلها واستنقع فيه ماء المطر فكانها بئر ويشرب

من الماء الذي فيها ويكون في بعض الأكل والعسل فیشٹاره الناس منها ولقد مررت بشجرة منها فوجدت في

وهو ينسج نجبت داخلها رجلا حائها قد نصب بها مرقته (2) منه قال ابن جزي ببلاد الأندلس شجرتان من شجر القسطلی

ville qui est à la distance de vingt-quatre jours de marche d'louâlâten

pour celui qui voyage avec célérité, je louai un guide de la tribu de Messoúfah. Il n'y a, en effet, nul besoin de voyager en nombreuse compagnie sur ce chemin, car il est très-sûr. Je me mis en route avec trois de mes.compagnons; et tout le long du chemin nous trouvâmes de gros arbres séculaires. Un seul suffit pour donner de l'ombre à toute une caravane. Il y en a qui n'opt ni branches, ni feuilles, et, malgré cela, leur tronc ombrage un homme à merveille. Quelques-uns de ces arbres ont souffert une carie à l'intérieur, par suite de laquelle l'eau de pluie s'est amassée dans

et a formé comme un puits, dont l'eau est bue par les passants. Dans d'autres, la cavité est occupée par des abeilles et du miel; les hommes recueillent alors ce dernier. Une fois je passai devant un de ces arbres cariés, et je vis dans son intérieur un tisserand; il avait dressé là son métier, et il tissait : j'en fus bien surpris.

Ibn Djozay ajoute ceci : « Il y a en Andalousie deux arbres

leur creux,

جون كل واحدة منهما حائك ينسج الثياب احداها بتد وادی آش والاخرى بشارة غرناطة رجع وفي اشجار هذه الغابة التي بين ايوالاتي ومائي ما يشبه ثمرة الاجاص والتفاح والخوخ والمشمش وليست بها وفيها اشجار تتمر شبه الغقوص فاذا طاب انغلق عن شيء شبه الدقيق فيطبخونه وياكلونه ويباع بالاسواق ويستخرجون من هذه الأرض حبات كالغول فيقلونها ویالونها وطعمها كطعم ليص المقلو ورتما طحنوها وصنعوا منها شبه الاسفنج وقلوه بالعربي والغرق بفع الغين المعجم وسكون الراء وكسر التاء المثناة وهو ثمرالاجاص شديد للاوة مضر بالبيضان أذا ألوه ويدق عظمه فيستخرج منه زيت لهم فيه

و

و

du genre des châtaigniers, dans le creux de chacun desquels se voit un tisserand qui fabrique des étoffes. Un de ces arbres se trouve au bas du mont, près de Guadix, et l'autre dans la montagne Alpuxarras, près de Grenade. »

Parmi les arbres de cette sorte de forêt qui se trouve entre fouâlâten et Mâlli, il y en a dont les fruits ressemblent aux prunes, aux pommes, aux pêches et aux abricots; mais ils sont d'un autre genre. Il y a aussi des arbres qui donnent un fruit de la forme d'un concombre long; lorsqu'il est bon ou mûr, il se fend et met à découvert une substance ayant l'aspect de la farine; on la fait cuire, on la mange, et l'on en vend également dans les marchés. Les indigènes tirent de dessous ce sol des graines qui ont l'apparence de fèves; ils les font frire, les mangent, et leur saveur est comme celle des pois chiches frits. Quelquefois ils font moudre ces graines pour en fabriquer une espèce de gâteau rond spongieux, ou beignet, qu'ils font frire avec le gharti; on appelle ainsi un fruit pareil à la prune, lequel est très - sucré, mais nuisible aux hommes blancs qui en mangent. On broie ses noyaux, et l'on en extrait de l'huile,

و

منافع فنها انهم يطبخون به ويسرجون الشرج ويقلون به هذا الاسغنج ويدهنون به ويخلطونه بتراب عندهم ويسطون به الدور کا تسط بالجير وهو عندهم كثير منیشر وبجل می بلد إلى بلد في قرع كبار تسع القرعة منها قدر ما تسعه القلة ببلادنا والقرع ببلاد السودان يعظم ومنه يصنعون الجنان يقطعون القرعة نصفين فيصنعون منها جفننين وينقشونها نقشا حسنا واذا سافر احدهم يتبعه عبيده وجواريه يجهلون رشه واوانيه التي ياكل ويشرب فيها وفي من الترع والمسافر بهذه البلاد لا يحل زادا ولا إداما ولا دينارا ولا درها أنما يجل

qui sert aux gens de ce pays à plusieurs usages. Tels sont, entre autres : 1° d'être employée pour la cuisine; 2° de fournir à l'éclairage dans les lampes; 3° d'être utile pour la friture du gâteau ou beignet dont il a été parlé ci-dessus; 4o de servir à leurs onctions du corps; 5° d'être employée, après son mélange avec une terre qui se trouve dans cette contrée, à enduire les maisons, comme on le fait ailleurs aul moyen de la chaux.

Cette huile est très-abondante chez les nègres, et elle est facile à obtenir. On la transporte de ville en ville, dans de grandes courges ou calebasses, de la contenance des jarres de nos contrées. Les courges atteignent, dans le Soûdân, une grosseur énorme, et c'est avec elles que les habitants font leurs grandes écuelles (et, en général, leur vaisselle). Ils coupent chaque courge en deux moitiés et en tirent deux écuelles, qu'ils ornent de jolies sculptures. Quand un nègre voyage, il se fait suivre par ses esclaves des deux sexes, qui portent, outre ses lits , les ustensiles pour manger et pour boire, lesquels sont fabriqués avec des courges.

Le voyageur, dans ces contrées, n'a pas besoin de se charger de provisions de bouche, de mets, de ducats, ni

(1)

قطع الملح وحلى الزجاج الذي يسميه الناس التظم وبعض السلع العطرية واكثر ما يهبهم منها القرنفل والمصطکی وقارنت وهو بخوره فاذا وصل قرية جاء نساء السودان بافلى والبن والدجاج ودقيق النبق والارز والغون " وهو حب الخردل يصنع منه الكشكشو والعصيدة ودقيق اللوبياء فیشتری منهن ما أحب من ذلك إلا أن الأرز يضر اكله بالبيضان والغوفيه خير منه وبعد مسيرة عشرة أيام من ايواستن وصلنا إلى قرية زاغرى وضبطها بغت الزاي والغين المعجم وكسر الراء وفي قرية كبيرة يسكنها تجار السودان ويسمون ونجرانة بغت الواو وسكون النون وفتح الجيم والراء والف وتاء مثناة وتاء

جماعة من البيضان يذهبون مذهب

(2)

تأنيث ويسكن معهم

de drachmes; il doit porter avec lui des morceaux de sel gemme, des ornements ou colifichets de verre, que l'on appelle nazhm, ou rangée, et quelques substances aromatiques. Parmi ces dernières, les indigènes préfèrent le girofle, la résine-mastic et le taçarghant; celui-ci est leur principal parfum. Lorsque le voyageur arrive dans un village, les négresses sortent avec du millet, du lait aigre, des poulets, , de la farine de lotus, ou rhamnus nabeca, du riz, du foûni, qui ressemble aux graines de moutarde, et avec lequel on prépare le coscoçoû, ainsi qu'une sorte de bouillie épaisse, enfin de la farine de haricots. Le voyageur peut leur acheter ce qu'il désire d'entre toutes ces choses. Il faut pourtant remarquer que le riz est nuisible aux blancs qui en font usage; le foûni est meilleur.

Après avoir voyagé dix jours depuis souâlâten, nous arrivâmes au village de Zaghari, qui est grand, et habité par des commerçants noirs nommés Quandjarátah. Il y a aussi un certain nombre d'hommes blancs qui appartiennent à la secte des

« PrejšnjaNaprej »