Recueil de chants historiques français depuis le XIIe jusqu'au XVIIIe siècle: sér. XVIe siècle

Sprednja platnica
Le Roux de Lincy
C. Gosselin, 1842
 

Mnenja - Napi¹ite recenzijo

Na obièajnih mestih nismo na¹li nobenih recenzij.

Druge izdaje - Prika¾i vse

Pogosti izrazi in povedi

Priljubljeni odlomki

Stran 575 - Charmante Gabrielle, Percé de mille dards, Quand la gloire m'appelle A la suite de Mars, Cruelle départie!
Stran 575 - CHARMANTE Gabrielle, Percé de mille dards, Quand la gloire m'appelle Sous les drapeaux de Mars , Cruelle départie , Malheureux jour!
Stran 12 - François, pour la victoire qu'il avoit euë sur les Suisses, il n'y avoit celuy qui ne regardast si son espée tenoit au fourreau, et qui ne se haussast sur les orteils pour se rendre plus bragard et de la riche taille.
Stran 181 - Chastellard, non content et plus que forcené d'amour, y retourna pour la seconde fois, ayant oublié sa première faute et son pardon. Alors la reyne, pour son honneur, et à ne donner occasion à ses femmes de penser mal, voire à son peuple s'il le sçavoit, perdit patience, le mit entre les mains de la justice, qui le condamna aussy tost à avoir la teste tranchée, veu le crime du faict.
Stran 179 - Adieu, plaisant pays de France ! O ma patrie La plus chérie ; Qui a nourri ma jeune enfance ! Adieu, France ! adieu mes beaux jours. La nef qui disjoint nos amours N'a cy de moi que la moitié ; Une part te reste, elle est tienne ; Je la fie à ton amitié, Pour que de l'autre il te souvienne.
Stran v - J'appelle ASSONANCE , dit M. Raynouard (2), dans l'ancienne poésie françoise, la correspondance imparfaite et approximative du son final du dernier mot du vers avec le même son du vers qui précède ou qui suit, comme on a appelé RIME la correspondance parfaite du son identique final de deux vers formant le distique.
Stran 225 - Vois en bierre et cercueil, Qui en mon doux printemps Et fleur de ma jeunesse, Toutes les peines sens...
Stran 290 - François et reyslres parmy leurs clairons sonnoient souvant cesle chanson et quinte : Le prince de Condé, II a esté tué, Mais monsieur l'admirai Est encore à cheval, Avec la Rocbefoucaud, Pour chasser tous ces papaux, papaux, papaux.
Stran 225 - Fut-il un tel malheur De dure destinée, Ny si triste douleur De dame fortunée, Qui mon cœur et mon œil Vois en...
Stran 305 - ... Vous, malheureux ennemys, Qui avez mis Sans raison au poing les armes Contre votre prince et roy, Par esmoy, Jetez de vos yeulx larmes.

Bibliografski podatki