Mémoires. [With] Tables, 1754-1883, par A. Gasté

Sprednja platnica
 

Mnenja - Napi¹ite recenzijo

Na obièajnih mestih nismo na¹li nobenih recenzij.

Izbrane strani

Druge izdaje - Prika¾i vse

Pogosti izrazi in povedi

Priljubljeni odlomki

Stran 264 - De leur côté , les Catholiques ne restaient point oisifs à Paris , où le nom des Princes , Lorrains n'avait pas cessé d'être populaire ; ils ranimèrent le zèle de leurs partisans , et lorsque le Duc de Guise entra dans la capitale, il fut reçu avec des harangues , des acclamations d'enthousiasme , et toute la pompe réservée d'ordinaire à la majesté ro^ aie.
Stran vi - ART. VIII. — Les officiers de l'Académie sont: un Président, un Vice-Président, un Secrétaire , un ViceSecrétaire et un Trésorier. Ces dignitaires sont indéfiniment rééligibles , à l'exception du Président , qui ne peut être réélu qu'après un an d'intervalle; il devient de droit VicePrésident. ART. IX. — Il sera créé une Commission d'impression composée de six membres titulaires nommés à cet effet, auxquels seront adjoints le Président et le Secrétaire de l'Académie.
Stran 173 - Pour obsèques reçoy mes larmes et mes pleurs, Ce vase plein de laict, ce panier plein de fleurs, Afin que vif et mort ton corps ne soit que rosés.
Stran 114 - Amors le vuet, et ma Dame m'en prie, Que je m'en part , et je moult l'en merci ; Quand par le gré' ma Dame m'en chasti , Meillor raison n'en ai de ma partie.
Stran 308 - ... brèche; il fit abattre la muraille de la. chambre où il couchait; les Suisses,précédés d'une musique guerrière, le portèrent avec son lit qu'il ne pouvait pas quitter sans danger : il en sortit comme il y était entré,passant de nouveau sur la brèche pour regagner son logis. Comme on ne cherchait qu'à lui épargner les alarmes inséparables de son état, les dames de la cour, dont les charmes ne lui avaient jamais été...
Stran 111 - N'i ferions se mal non : Dex aime fin cuer droiturier, De tel gent se veut aidier, Cil essauceront son non, Et conquerront sa maison. Encor vault mielx toute voie...
Stran 666 - Chènedollé est mort dans son château du Coisel , à Burcy, près Vire, le 2 décembre 1833, âgé de soixante-quatre ans; il avait été successivement professeur de littérature à l'académie de Rouen, inspecteur particulier de celle de Caen, et enfin, peu d'années avant sa mort, inspecteur des études. Ceux qui l'ont connu n'ont qu'une voix pour vanter ses vertus de père de famille et ses qualités d'ami. Sa mort a été chrétienne comme sa vie ; il s'est endormi paisiblement : c'était...
Stran 170 - Je voudroy bien richement jaunissant En pluye d'or goute à goute descendre Dans le giron de ma belle Cassandre, Lors qu'en ses yeux le somme va glissant. Puis je voudroy en toreau blanchissant Me transformer pour sur mon dos la prendre, Quand en avril par l'herbe la plus tendre Elle va, fleur, mille fleurs ravissant.
Stran 665 - ... longtemps, de belles pages fidèlement empreintes des couleurs du passé. On savait aussi qu'il tenait en réserve un recueil de Mélodies normandes qui devait piquer doublement la curiosité dans notre pays ; eh bien ! nous le disons avec douleur, on a en vain cherché ces précieux manuscrits. Il faut que dans un de ces accès de mélancolie commune à tous les grands poètes, notre Virgile ait exécuté ce que son aîné n'avait pu faire, grâce à Auguste. Ce n'est pas la première fois que,...
Stran 172 - JTREN ceslte rosé aimable comme toy, Qui sers de rosé aux rosés les plus belles, Qui sers de fleur aux fleurs les plus nouvelles, Dont la senteur me raviSt tout de moy.

Bibliografski podatki