Histoire de Saint Louis, 144. izdaja

Sprednja platnica
Chez M. v J. Renouart, 1868 - 410 strani
 

Mnenja - Napi¹ite recenzijo

Na obièajnih mestih nismo na¹li nobenih recenzij.

Vsebina


Druge izdaje - Prika¾i vse

Pogosti izrazi in povedi

Priljubljeni odlomki

Stran xli - Sire vilains, vous ne dites mie voir, de ce que vous dites que je n'ai mais que donner ; si ai vous-meismes. — Et tenez, sire chevaliers, car je le vous doing, et -si le vous garantirai*.
Stran 209 - The borrower must return this item on or before thé last date stamped below. If another user places a recall for this item, thé borrower will be notified of thé need for an earlier return. Non-receipt ofoverdue notices does not exempt thé borrower from overdue fines. Harvard Collège Widener Library Cambridge, MA 02138 617-495-2413 Please handle with care.
Stran 104 - Diex donne grant don et grant grace au chevalier cresD tien que il seuffre* estre vaillant de cors, et que il seuffre en son servise en li gardant de pechié mortel; et celi qui ainsi se demeinne doit l'on appeler preudome, pour ce que ceste proesse li vient* dou 1.
Stran 128 - A se vous ne li rendez toute la conqueste que vous* et vostre devancier avez faite ; et se vous entendez que vous y aiés droit , il nous semble que vous perdez 1.
Stran 10 - Gis fleuves est divers de toutes autres rivières; car quant plus viennent les autres rivières aval, et plus y chiéent de petites rivières et de petiz ruissiaus; et en ce flum n'en chiet nulles : ainçois avient ainsi que il vient touz en un chanel jusques en Egypte, et lors giete de li sept branches, qui s'espandent parmi Egypte. Et quant ce vient après la saint-Remy, les sept rivières s'espandent par le païs et cuevrent les terres...
Stran 77 - D ouvrirent lour escrins là où ces choses estoient, il sembla que toute la chambre fust embausmée, si souef floroient*. Li roys renvoia ses* messaiges au Vieil, et li renvoia grant foison de joiaus, escarlates, coupes d'or et frains d'argent*; et avecques les messaiges, y en- E voia frère Yve le Breton, qui savoit le sarrazinnois.
Stran 116 - Seneschaus, je * vous comment que vous ne vous couchiez dès or en avant, tant que vous aiés touz les feus de céans estains, ne mais que le grant feu qui est en la soute de la nef; et sachiez que je ne me coucherai jeusques à tant que vous reG veignez à moy.
Stran xxxi - Cerbon, et me prist par le cor de mon mantel, et me mena au Roy, et tuit li autre chevalier vindrent après nous. Lors demandai-je à mestre Robert : — Mestre Robert, que me voulez-vous?

Bibliografski podatki