Histoire De France

Sprednja platnica
 

Mnenja - Napi¹ite recenzijo

Na obièajnih mestih nismo na¹li nobenih recenzij.

Druge izdaje - Prika¾i vse

Pogosti izrazi in povedi

Priljubljeni odlomki

Stran 85 - Quoi! disions-nous, quelle honte, quelle confusion à toute « la France, de voir ceux qui la représentent en si peu d'estime « et si ravilis qu'on ignore s'ils sont François, tant s'en faut qu'on « les reconnoisse pour députés!... Sommes-nous autres que ceux « qui entrèrent hier dans la salle de Bourbon!...
Stran 235 - Condé, après avoir poussé Ornano à sa perte, abandonnait, comme son mari, le parti dont elle avait été la cheville ouvrière. Gaston alla donc s'humilier devant le ministre qu'il avait insulté et qu'il avait voulu assassiner, puis signa avec le roi un pacte dont la reine mère se rendit garant : Gaston promit sur l'Évangile fidélité à son frère, « jusqu'à ne lui taire point les moindres discours qu'on tiendra pour lui donner des ombrages du roi et de ses conseils
Stran 70 - Que pour arrêter le cours de la pernicieuse doctrine qui s'introduit depuis quelques années contre les rois et puissances souveraines, établies de Dieu...
Stran 118 - Silleri redevint chef du conseil. Luines avait jugé convenable de mettre la révolution de palais qu'il venait d'accomplir sous le patronage de noms auxquels le public était, sinon affectionné, du moins habitué; mais il s'était réservé la meilleure part dans la dépouille des vaincus : le roi lui avait donné la charge de premier gentilhomme de la chambre et la lieutenance générale de Normandie, avec la promesse de la plupart des biens qui seraient confisqués sur le défunt et sur sa femme....
Stran 245 - Les entraves que l'organisation de l'amirauté apportait au commerce tombèrent. Les premiers abus que Richelieu fit disparaître furent ceux dont il aurait profité : il renonça aux gages et n'usa pas même des avantages éventuels que lui réservait l'édit de création de sa charge; il envoya au trésor 200,000 livres qui lui revenaient comme droit de bris sur les épaves d'une flotte portugaise qui se brisa contre les côtes de Guyenne en janvier 1627'.
Stran 441 - France n'a pas un voisin sur lequel elle n'ait gagné des places ou des batailles : s'ils ont quelque goutte de sang français dans les veines et quelque amour pour la gloire de leur pays, pourront-ils lire ces choses sans s'affectionner à lui...
Stran 441 - ... quelque amour pour la gloire de leur pays, pourront-ils lire ces choses sans s'affectionner à lui ; et, à votre avis, l'aimeront-ils ou l'estimeront-ils moins, à cause que de son temps les rentes sur l'hôtel de ville se seront payées un peu plus tard, ou que l'on aura mis quelques nouveaux officiers dans la chambre des comptes ? Toutes les grandes choses coûtent beaucoup ; les grands efforts abattent, et les puissants remèdes affaiblissent.
Stran 70 - ... déposer nos Rois, s'élever et rebeller contre eux, secouer le joug de leur obéissance pour quelque occasion que ce soit, est impie, détestable, contre vérité et contre l'établissement de...
Stran 575 - C'était le dernier service que Richelieu rendait à la France. Après la visite du roi, le cardinal, se sentant plus mal, demanda aux médecins combien de temps il pouvait vivre encore. Ceux-ci, voulant flatter le maître jusqu'au bord de la tombe, répondirent qu'il n'y avait rien de désespéré ; « que Dieu, qui le voyoit si nécessaire au bien de la France, feroit quelque coup de sa main pour le lui conserver...
Stran 476 - Memoires. plus caressantes et les plus humbles, et avoua ces correspondances étrangères niées par un si audacieux parjure; elle reconnut par écrit, entre autres choses, avoir donné avis du voyage en Espagne d'un minime, agent secret de la politique française, et avoir « témoigné être en peine de ce que l'on disoit que les Anglois s'accommodoient avec la France au lieu de demeurer unis avec l'Espagne.

Bibliografski podatki