Slike strani
PDF
ePub

الذين اخذوني فتاوا معهم وفهمت أنهم قالوا لهم لای شئ اخرین فانتاروا عليهم أن يذهبوا في محبتهم فابوا وجلس ثلاثتهم أمامي وانا مواجه لهم ووضعوا حبل قب كان معهم بالارض وانا انظر اليهم وأقول في نفسي بهذا الجبل يربطونی

جاء ثلاثة من أصحابهم

في ثم عند القتل واقت كذلك ساعة

ما قتلتموه فاشار الشيخ الى الاسود كائه اعتذر بمرضه وكان

حسن الوجه فقال لي اتريد أن احد هاولاء الثلاثة شاا

فقال اذهب فاخذ للعبة التي كانت على

نعم أسرحك فقل فاعطيته اياها واعطاني منيرة (1) بالية عنده واراني الطريق فذهبت وخفت أن يبدو لهم فیدرکونني فدخلت غيضة

pagnons, et me firent signe de descendre avec eux. Nous descendîmes et trouvâmes que c'étaient d'autres individus. Ceux-ci conseillèrent à mes conducteurs de les accompagner; mais ils refusèrent; ils s'assirent tous trois devant moi et j'avais le visage dirigé vers eux. Ils placèrent à terre une corde de chanvre qu'ils avaient avec eux. Pendant ce temps je les considérais et je disais en moi-même : « C'est avec cette corde qu'ils me lieront au moment de me tuer, » Je restai ainsi une heure, au bout de laquelle arrivèrent trois de leurs camarades qui m'avaient capturé. Ils s'entretinrent avec eux et je compris qu'ils leur disaient : « Pourquoi ne l'avez-vous pas

tué? » Le vieillard montra le nègre, comme s'il voulait s'excuser sur la maladie de celui-ci. Un des trois personnages arrivés en dernier lieu était un jeune homme d'une belle figure. Il me dit : « Veux- tu que je te mette en liberté ? »

Certes, » répondis-je. « Va-t'en, » reprit-il. J'ôtai la tunique dont j'étais couvert et la lui donnai. Il me remit un pagne bleu, lout usé, qu'il portait, et m'indiqua le chemin. Je partis, et comme je craignais que ces gens-là ne changeassent

[ocr errors]

و

و

الى ماء

إلى

(1)

قصب واختفيت فيها إلى أن غابت الشمس ثم خرجت

فشربت وسكلت الطريق التي أرانيها الشاب فافضت منه وسرت الى ثلث الليل فوصلت الى جبل فخت تحته نها أصبحت سکت الطريق فوصلت في إلى جبل من المخرعال فيه شجر ام غيلان والشدر فكنت اجنى النبق فأكله حتى اثر الشوك في ذراي أنارا في باقية به حتى الآن ثم نزلت من ذلك لابد إلى أرض مزدرعة قطنا وبها أشجار الخروع وهنالك باين والباين عندهم بئر متسعة جدا مطوية بالحجارة لها ينزل عليها إلى ورد الماء وبعضها يكون في وسطه وجوانبه القباب من الحجر والسقايف والمجالس ويتفاخر ملوك البلاد وامراؤها

درج

d'avis et qu'ils ne me rattrapassent, j'entrai dans une forêt de bambous et je m'y cachai, jusqu'à ce que le soleil eût disparu. Je sortis alors et suivis le chemin que m'avait montré le jeune homme, et qui me conduisit près d'une source d'eau. Je m'y désaltérai et continuai de marcher jusqu'à la fin du premier tiers de la nuit. J'arrivai à une montagne, au pied de laquelle je m'endormis. Quand le matin fut arrivé, je me remis en route et parvins, vers dix heures, à une haute montagne de rochers, sur laquelle croissaient des acacias et des lotus. Je cueillis des fruits de ce dernier arbre et les mangeai; mais leurs épines imprimèrent sur mon bras des traces qui y restent encore.

Après être descendu de cette montagne, je me trouvai dans un terrain planté de coton, et où se voyaient aussi des arbustes de ricin. Il y avait encore un bâïn, nom par lequel les Iodiens désignent un puits très-spacieux, maçonné en pierres, et pourvu de marches au moyen desquelles on descend jusqu'à la surface de l'eau. Quelques-uns de ces puits ont au centre et sur les côtés des pavillons construits en pierres, des

و

و

الى

بعمارتها في الطرقات التي لا ماء بها وسنذكر بعض ما رأيناه منها فيما بعد ولما وصلت إلى الباين شربت منه ووجدت عليه شيا من عساليج لخردل قد سقطت من غسلها فاكلت منها وادخرت باقیها ونمت تحت شجرة خروع فبينما أنا كذلك

بعضهم اذ ورد الباین نحو اربعین فارسا مدعين فدخل المزرعة ثم ذهبوا وطمس الله أبصارهم دونی ثم جاء بعدهم نحو خسين في السلاح ونزلوا الى الباين وان احدهم إلى شجرة ازاء الشجرة التي كنت تحتها فلم يشعر بى ودخلت اذذاك في مزرعة القطن واقت بها بقية نهاري وأقاموا على الباين يغسلون ثيابهم ويلعبون فلما كان الليل هدأت أصواتهم فعلمت انهم

bancs et des siéges. Les rois et les chefs du pays s'efforcent de se surpasser les uns les autres, en construisant de pareilles citernes dans les chemins où il n'y a pas d'eau. Nous décrirons ci-après quelques-unes de celles que nous avons vues.

Quand je fus arrivé au bâïn en question, je m'y désaltérai. J'y trouvai quelques branches de sénevé que quelqu'un avait laissées tomber en les lavant; j'en mangeai une partie et mis le reste de côté; puis je m'endormis sous uu ricin. Pendant ce temps arrivèrent au bâïn environ quarante cavaliers revêtus de cuirasses. Plusieurs entrèrent dans le champ et s'en allèrent; Dieu les empêcha de m'apercevoir. Après leur départ, il en survint environ cinquante tout armés, qui s'arrêtèrent près de la citerne. Un d'eux s'approcha d'un arbre situé vis-à-vis de celui sous lequel j'étais; mais il n'eut pas connaissance de ma présence. J'entrai alors dans le champ de coton, et y passai le reste du jour. Les Hindous demeurèrent près de la citerne, occupés à laver leurs habits et à jouer. Lorsque la nuit fut arrivée, leurs voix cessèrent de se faire entendre, et je sus par là qu'ils étaient

قد مروا او ناموا فخرجت حينئذ وأتبعت أثر للخيل والليل مقروسرت حتى انتهيت الى باين أخر عليه قبة فنزلت البه وشربت من مائه والت من عساليج للخردل التي كانت عندی ودخلت القبة فوجدتها ملوة بالعشب ما بجعة الطيرفضت بها وكنت احس حركة حيوان في تلك العشب اظنه حية فلا أبالي بها لما بي من الجهد نها أصبحت سککت طريقا واسعة تفضي إلى قرية خربة وسکلت سواها فكانت كتلها واقت كذلك

ماء ايامنا وفي بعضها وصلت إلى التجار ملتفة بينها حوض وداخلها شبه بيت وعلى جوانب الحوض نبات الارض النجيل وغیره فاردت ان اقعد هنالك حتى يبعث الله من يوصلني

partis ou bien endormis. Je sortis alors de ma cachette et suivis la trace des chevaux, car il faisait clair de lune. Je marchai jusqu'à ce que je fusse arrivé à une autre citerne surmontée d'un dôme. J'y descendis, je bus de son eau et mangeai des pousses de sénevé, que j'avais sur moi; puis j'entrai dans le pavillon, et le trouvai rempli de foin rassemblé par des oiseaux. Je m'endormis là-dessus; je sentais sons ce foin des mouvements d'animaux, que je supposais être des serpents; mais je ne m'en inquiétais pas, tant j'étais fatigué. .

Lorsque le matin fut venu , je suivis un large chemin qui aboutissait à un bourg en ruines. J'en pris alors un autre qui était en tout semblable au premier. Je passai ainsi plusieurs jours, pendant un desquels j'arrivai à des arbres très-serrés entre lesquels se trouvait un bassin d'eau. L'espace compris entre eux ressemblait à une maison, et, sur les côtés du bassin, il y avait des plantes pareilles au pourpier et d'autres. Je voulus m'asseoir en cet endroit, jusqu'à ce que Dieu envoyat quelqu'un qui me fît parvenir à

إلى العمارة ثم التي وجدت يسير قوة فنهضت على طريق وجدت بها أثر البقر ووجدت ثورا علیه بردعة ومجد فاذا تنك الطريق تفضي إلى قرى الكفار فاتبعت طريقا اخرى فانضت بي إلى قرية خربة ورايت بها اسودين عريانين خفتهما واقت تحت اشجار هنالك فما كان اللين دخلت القرية ووجدت دارا في بيت من بيوتها شبه خابية كبيرة يصنعونها لاختزان الزرع وفي اسفلها نقب يشع منه الرجل فدخلتها ووجدت داخلها مفروشا بالتين وفيه حجر جعلت راسي علیه ونمت وكان فوقها طاير يرفرف بجناحيه أكثر الليل واظنه كان يخاف فاجتمعنا خائفين واقت على تلك لال سبعة أيام من يوم أسرت وهو يوم

و

[ocr errors]

un lieu habité; mais, ayant recouvré un peu de force, je me remis en route sur un chemin où je trouvai des traces de bæufs. Je rencontrai un taureau chargé d'un bât et d'une faucille. Or ce chemin aboutissait à des villages d'idolâtres. J'en suivis donc un autre, qui me conduisit à une bourgade en ruines, où je vis deux nègres tout nus. J'eus peur d'eux et restai sous des arbres situés près de là. Lorsque la nuit fut venue, j'entrai dans la bourgade, et trouvai une maison dans une des chambres de laquelle il y avait une espèce de grande jarre, que les Hindous disposent pour y serrer les grains. A la partie inférieure de ce vaisseau de terre, il y a un trou par lequel un homme peut passer. J'y entrai et en trouvai le fond couvert de paille; il y

avait aussi une pierre sur laquelle je posai ma tête et m'endormis. Sur cette jarre était perché un oiseau qui baitit des ailes la ma. jeure partie de la nuit. Je crois bien qu'il était effrayé; ainsi nous nous trouvions deux à avoir peur.

Je restai dans cet état pendant sept jours, à partir de celui où je fus fait prisonnier, et qui était un samedi. Le

« PrejšnjaNaprej »