Slike strani
PDF
ePub

(1)

العدران والشقاق وتعاطى ما ليس من رجاله وهي عن مبدأ حالة الىء وماله وتوهم الناس أن ذلك مبدأ فتنة تنغق

بالفرسان على إطفائها كرائم الأموال ويستعد لإتفائها (2) والرجال فحكمت سعادة مولانا ايده الله ببطلان هذا التوهم وقضى صدق يقينه بانخراق العادة في هذه الفتنة فلم تكن إلا أيام يسيرة وراجع اه الإبل بصائرهم وتاروا على الثائر وخالفوا الشقى العالف وأقاموا بالواجب من الطاعة وقبضوا عليه وعلى ولده المساعد له في النفاق وأت بهما صدين إلى الحضرة العلية فنفذ فيهما حكم الله في المحاربين واراح الله

pocrisie, s'obstina dans la trahison et dans la révolte. Ce rebelle se mêla donc de ce qui ne le regardait pas, et ne sut voir oi le commencement, ni la fin de sa mauvaise position. Les hommes s'imaginèrent que c'était là la première manifestation d'une guerre civile, qui coûterait pour l'éteindre d'immenses trésors, et qui exigerait pour s'en garantir la mise sur pied de cavaliers et de fantassins. Cependant, le bonheur de notre maître (que Dieu l'assiste!) décréta que cette pensée serait vaine, et la sincérité de sa foi jugea que ces désordres auraient une fin inattendue, singulière. En effet, à peine quelques jours s'étaient passés, que les habitants de Gibraltar réfléchirent, qu'ils se mirent d'accord, se soulevèrent contre l'insurgé, se révoltèrent contre le coupable rebelle, et firent tout ce qu'ils devaient à leur obéissance envers le souverain. Ils se saisirent du gouverneur révolté et de son fils, qui l'avait secondé dans l'hypocrisie. On les conduisit tous les deux bien garrottés dans l'illustre capitale, où on leur appliqua la sentence que Dieu a portée contre les rebelles, fauteurs de guerres civiles (cf. Coran, v, 37). Ainsi le Très-Haut délivra le pays du mal que voulaient faire ces deux criminels.

و

(1)

من شرها وتا دت نار الفتنة اظہر مولانا أيده الله العناية ببلاد الأندلس ما لم يكن في حساب " اهلها وبعث الى جبل الفتح ولده الاسعد المبارك الأرشد أبا بكر المدعو من اليمات السلطانية بالسعید اسعده الله تعالى وبعث معه انجاد الفرسان ووجوه القبائل وكفاة الرجال وادر علیہم الأرزاق ووسع لهم الإقطاع وحرر بلادهم من المغارم وبذل لهم جزيل الاحسان وبلغ من اهتمامه بامور للجبل ان امر ایده الله ببناء شكل يشبه شكل لجبل المذكور فتد فيه اشكال اسواره وابراجه وحصنه وابوابه ودار صنعته ومساجده ومخازن حدده وأفرية زرعه وصورة الإبل وما اتصل به می

. Dès que le feu de la discorde se fut apaisé, notre maître (que Dieu l'aide !) montra une telle sollicitude pour les provinces de l'Espagne, que les habitants de ce pays n'osaient pas tant espérer. Il envoya à Gibraltar son fils, le plus heureux, le béni, le plus pieux, Aboů Becr, nommé le Fortuné, une des épithètes affectées aux personnes impériales (que le Dieu très-baut l'assiste!). Le sultan fit partir avec lui les cavaliers les plus braves , les notables d'entre les diverses tribus, et les hommes les plus accomplis. Il leur fournit tout le nécessaire, leur donna d'abondantes assignations en terres, rendit leurs pays libres d'impôts, et leur prodigua toutes sortes de bienfaits. Les soins que notre maître prenait de Gibraltar et de tout ce qui le concernait étaient si grands, qu'il ordonna de construire le plan, ou la figure exacte de cette place; il y fit représenter ses murs, ses tours, son château, ses portes, son arsenal, ses mosquées, ses magasins de munitions de guerre, ses greniers pour les céréales, la forme de la montagne et de la colline ou monticale rouge,

(1)

التربة الحمراء فصنع ذلك بالمشور السعيد فكان شكلا عجيبا أتقنه الصناع إتقانا يعرف قدره من شاهد للبد و شاهد هذا المثال وما ذلك اتد لتشوقه) ایده الله إلى استطلاع احواله وتهمه بتحصينه وإعداده والله تعالى. يجعل نصر الاسلام بالجزيرة الغربية على يديه ويحقق ما ومله في فتح بلاد الكفار وشت شمل عباد الصليب وتذكرت حبين هذا التقييد قول الأديب البليغ المغلق أبي عبد الله متد بن غالب الصاق

رجه الله في وصف هذا الجبل المبارك من قصيدته البلنسي

بسیط) الشهيرة في مدح عبد المؤمن بن على التي اولها ،

qui lui est adjacent. Ce plan a été exécuté dans le lieu fortuné des audiences; il est admirable, et fort bien travaillé par les ouvriers. Quiconque a vu Gibraltar, et puis examiné cette copie, en a reconnu le mérite. Notre maître a fait cela par suite de son extrême désir d'être informé et de méditer sur tout ce qui regarde Gibraltar, de s'occuper de ses fortifications et de ses provisions. Que le Dieu très-haut fasse triompher l'islamisme dans la péninsule occidentale, ou l'Espagne, par l'intermédiaire de notre maître; qu'il accomplisse ce que ce dernier espère touchant la conquête des pays des infidèles, et la dispersion, la ruine des adorateurs de la croix !

• En composant ceci, je me suis rappelé les expressions dont s'est servi pour décrire cette montagne bénie, le litté.

. rateur éloquent, le poëte adınirable, Aboû Abdallah Mohammed, fils de Ghalib Arrossáfy, ou du quartier de Rossafah, de Valence (que Dieu ait pitié de lui!). C'est dans son poëme célèbre , fait pour louer ’Abdalmoůmin, fils d'Aly, et qui commence par ce distique :

لو جئت نار الهدی من جانب الطور

ومن نور

من علم قبست ما شئت وفيها يقول في وصف الجبل وهو من البديع الذي لم يسبق اليه بعد وصفه اليمن وجوازها ،

حتي رمت جبد الفتكين من جبل

معظم القدر في الأجبال مذكور من شامخ الانف في خنائه طنش

من الغيم جي غير مزرور تمسي النجوم على تكليلي مفرقه في لوحائية مثل الدنانير

من دوائبها
فرما مسحته

جرور
بكت قضي على توديه

(1)

(2)

Si tu étais venu près du feu de la vraie religion, du côté de la montagne, tu aurais pris ce qui t'aurait plu, en fait de science et en fait de lumière.

.

« Le poëte, après avoir parlé des vaisseaux et de leur trajet, consacre à la description de la montagne les vers suivants, les plus beaux que l'on ait jamais faits :

Jusqu'à ce que les navires eussent touché la montagne des deux victoires, celle dont le rang est vénéré, celle qui est renommée entre toutes' les montagnes. .

Sa hauteur est superbe; elle est revêtue d'un manteau noir, dont le collet non boutonné est formé par les nuages.

Les étoiles couronnent au soir son sommet; elles tournent autour de l'atmosphère et ressemblent à des dînârs d'or.

Souvent elles le caressent, au moyen de l'excédant de leurs boucles de cheveux, entraîné sur ses deux tempes.

وأدرد من ثناياه بما أخذت

منه معاجم أعواد الدهاري من كتب الايام الشطرها

وساتها سوق حادي العيرللعير مقيد لأطو جوال واطرفی

عجيب أمريه من ماض ومنظور قد واصل الصمت والإطراق مفتكا

بادي السكينة مغنر الأسارير
و نه مد ما تعبده

وتسيير
خون الوعیدین من دبي وتسيو
أخيق به وجبال الارض راجنة

كل بذور أن يطمئن غدا تم استمري قصيدته على مدح عبد المؤمن بن على قال ابن

من

و

Cette montagne n'a plus les dents de devant; elle les a perdues par ses morsures sur les bois des temps passés, ou par le cours des siècles.

Elle est remplie d'expérience, a connu toutes les vicissitudes, les bonnes et les mauvaises; elle les a poussées, comme les conducteurs des chameaux poussent ceux-ci, en chantant, les uns après les aulres.

Sa marche est cutravée, ses pensées se promènent dans ce qu'il y a d'étonnant en ses deux situations, celle du passé, celle du présent ou de T'avenir. .

Pensive, elle fait silence et regarde en bas; elle montre de la gravité et cache des mystères.

Comme si elle était altristée par l'asservissement où la tient la peur des deux menaces : de l'oppression et de l'abandon.

Que cette montagne inérite d'être, dès demain, en sûreté contre toute espèce de crainte, ou d'infortune, quand même toutes les autres montagnes de la terre devraient trembler sur leurs bases !

[ocr errors]

Après cela l'auteur fait, dans son poëme, l'éloge d'Abd

« PrejšnjaNaprej »