Slike strani
PDF

gale, sous Mélic Fakhr eddîn, en l'année 739 (13381339). En revanche, notre auteur offre plusieurs faits, dont ni Kbondémir, ni Firichtah n'ont fait mention. Il nous suffira de signaler ce qui a rapport au prince du Bengale, Ghiyâth eddîn Béhadur Bourah (p. 316, 317). Firichtah n'a mentionné ce roi ni dans l'Histoire des empereurs de Dihly, ni dans la portion de son ouvrage qu'il a consacrée spécialement à l'histoire du Bengale. Et cependant des passages des Thabakâti acbary et du Tarikhi Firoûz châhy, ainsi qu'une monnaie d'argent, frappée à Sonârgânou, en l'année 728 (1327-1328), prouvent que Ghiyâth eddîn Béhadur châh gouvernait alors le Bengale, sous la suzeraineté de Mohammed ibn Toghlok châh.

On remarquera que, pour les derniers événements compris dans le précis chronologique, le récit d'Jbn Batoutah s'accorde moins parfaitement que pour ce qui précède avec ceux de Khondémîr et de Firichtah. Cela n'a rien qui doive nous étonner: en effet, Ibn Batoutah n'a pu avoir connaissance de ces faits que par ouï-dire, pendant les courtes relâches qu'il fit dans les ports de Caoulem et de Calicut, à son retour de la Chine. Il n'est donc pas surprenant qu'il n'ait point connu, dans toutes leurs circonstances, des événements qui s'étaient passés dans d'autres portions de l'Inde, telles que le Guzarate et le Dekhan, et dont quelques-uns d'ailleurs n'étaient pas encore entièrement terminés, lorsqu'il dit adieu pour la dernière fois à la péninsule indienne?.

"Voyez Ed. Thomas, op. supr. laud., supplément, p. 134, 135.

* Voyez ce qu'il dit du siège de la citadelle de Daoulet Abåd, p. 369.

Nous n'avons pas plus craint, pour ce volume que pour les précédents, de soumettre à un examen sévère le récit de notre voyageur, et d'en faire connaître les parties faibles. Nous croyons qu'Ibn Batoutah n'y perdra rien aux yeux des juges éclairés et impartiaux. Nous espérons que ceux-ci voudront bien nous tenir compte des soins longs et minutieux que nous n'avons cessé de prendre pour éclaircir, autant qu'il était en nous, les difficultés que présentait cette portion de l'ouvrage.

VOYAGES

D’IBN BATOUTAH.

VOYAGES

D’IBN BATOUTAH.

فسرنا من السرا عشرة أيام فوصلنا الى مدينة سراجوق وجوق بضم الجيم المعقود وواو وقاف ومعنی جوق صغيرفكانهم قالوا سرا الصغيرة وفي على شاطئ نهر كبير زكار يقال له الوصو بضم الهمزة واللام وواو مت وضم الصاد المهمل وواو ومعناه الماء الكبير وعليه جسر من قوارب جسر بغداد والى هذه المدينة انتهي سفرنا بالخيل التي تجر العربات وبعناها بها بحساب اربعة دنانير دراهم للغرس وأقل من ذلك لاجل ضعفها ورخصها بهذه المدينة واكترينا الجمال لمجر العربات وبهذه المدينة زاوية

Après être partis de Serâ, nous marchâmes pendant dix jours et arrivâmes à la ville de Serâtchoûk. Le mot tchoûk (tchik) signifiant « petit », c'est comme si l'on disait le petit Serâ. Cette ville est située sur le bord d'un fleuve immense, que l'on appelle Oloû Soủ (l'Oural ou Yaïk), ce qui signifie « la grande eau. « Il est traversé par un pont de bateaux semblable à celui de Baghdâd. C'est ici que nous cessames de voyager avec des chevaux traînant des chariots; nous les vendîmes moyennant quatre dînârs d'argent par tête, et moins encore, à cause de leur état d'épuisement et de leur peu de valeur en cette ville. Nous louâmes des chameaux pour tirer les chariots. On voit à Serâtchoûk une zaouiah appartenant à un pieux personnage turc avancé en âge, que

« PrejšnjaNaprej »