Slike strani
PDF

الى احسان امیر خوارزم رددت اليه ما اسلفنيه وأردت أن احسن بعده اليه مكافاة لأفعاله لسنة فاب ذلك وخلف أن لا يفعل واردت أن أحسن إلى فتى كان له أسمه کافور محلف أن لا أفعل وكان اكرم من لقيته من العراقيين وعزم على السفر معي الى بلاد الهند ثم أن جماعة من أهل بلده وصلوا إلى خوارزم برسم السفر الى الصين فاخذ في السفر معهم فقلت له في ذلك فقال هاولاء اهل بلدى يعودون إلى أهلي وأقاربی ويذكرون اتى سافرت الى ارض الهند برسم الكدية فيكون شبة على لا أفعل ذلك وسافر معهم إلى الصين فبلغني بعد وأنا بارض الهند أنه لما بلغ إلى مدينة المالق وفي آخر البلاد التي

Lorsque je reçus le présent de l'émir de Khârezm, je lui rendis ce qu'il m'avait prêté, et je voulus ensuite lui faire un cadeau, en retour de ses belles actions. Il le refusa et jura qu'il ne l'accepterait pas. Je voulus donner le présent à un jeune esclave qui lui appartenait et que l'on appelait Câfoûr; mais il m'adjura de n'en rien faire. Ce chérîf était le plus généreux habitant des deux 'Irâks que j'eusse encore vu. Il résolut de se rendre avec moi dans l'Inde; mais, dans la suite, plusieurs de ses concitoyens arrivèrent à Khârezm, afin de faire un voyage en Chine; et il forma le projet de les accompagner. Je lui fis des représentations à ce sujet; mais il me répondit : « Ces habitants de ma ville natale retourneront auprès de ma famille et de mes proches, et rapporteront que j'ai fait un voyage dans l'Inde pour mendier. Ce serait un sujet de blâme pour moi d'agir ainsi, et je ne le ferai pas. » En conséquence, il partit avec eux pour la Chine. J'appris par la suite, durant mon séjour dans l'Inde, que cet homme, lorsqu'il fut arrivé dans la ville d'Almâlik, située à l'extrémité de la principauté de Mavéra'npahr et à l'en

من عالة ما وراء النهر واول بلاد الصين أقام بها وبعث فتى له بما كان عنده من المتاع فابطة الغتي عليه وفي أثناء ذلك وصل من بلده بعض التجار ونزل معه في فندق واحد فطلب منه الشريف أن يسلفه شيئا خلال ما يصل فتاه فلم يفعل ثم أكد

م ما صنع في عدم التوسعة على الشريف بان أراد الزيادة عليه في المسكن الذي كان له بالفندق فبلغ ذلك الشريف فاغتم منه ودخل الى بيته فذبح نفسه فأدرك و به رمق واتهموا غلاما كان له بقتله فقال لهم لا تظلموه فاني أنا فعلت ذلك بنفسي ومات من يومه غفر الله له وكان قد حكى لى عن نفسه انه أخذ مرة من بعض تجار دمشق ستة آلاف درهم قراضها

droit où commence la Chine, s'y arrêta , et envoya à la Chine un jeune esclave, à lui appartenant, avec ce qu'il possédait de marchandises. L'esclave tarda à revenir. Sur ces entrefaites, un marchand arriva de la patrie du chérif à Almâlik et se logea dans le même caravansérail que lui. Le chérif le pria de lui prêter quelque argent, en attendant le retour de son esclave. Le marchand refusa ; ensuite il ajouta à la honte de la conduite qu'il avait tenue en manquant de secourir le chérif, celle de vouloir encore lui faire supporter la location de l'endroit du khân où il logeait lui-même. Le chérîf apprit cela;ilen fut mécontent, entra dans son appartement et se coupa la gorge. On survint dans un instant où il lui restait encore un souffle de vie, et l'on soupçonna de l'avoir tué un esclave qui lui appartenait. Mais il dit aux assistants : « Ne lui faites pas de mal; c'est moi qui me suis traité ainsi; » et il mourut le même jour. Puisse Dieu lui faire miséricorde!

Ce chérif m'a raconté le fait suivant, comme lui étant arrivé. Il reçut un jour en prêt, d'un certain marchand de Damas, six mille dirhems. Ce marchand le rencontra dans

فلقيه ذلك التاجر بمدينة جاة من أرض الشام فطلبه بالمال وكان قد باع ما اشتری به من المتاع بالدين فاستحيا من صاحب المال ودخل إلى بيته وربط عامته بسقف البيت وأراد أن يخنق نفسه وكان في أجله تاخير فتذكر صاحبا له من الصيارفة فقصده وذكر له القضية فسلفه ما دفعه للتاجر ولا أردت السفر من خوارزم اکتريت جالا واشتريت حارة وكان عدیلی بہا عفيف الدين التوزری ورکب للخدام بعض الخيل وجلفا) باقيها لاجل البرد ودخلنا البرية التي بين خوارزم وبخاری و مسيرة ثمانية عشر يوما (2) في رمال لا عارة بها الا بلدة واحدة فودعت الأمير تطاودمور وخلع على خلعة وخلع

la ville de Hamâh, en Syrie, et lui réclama son argent. Or il avait vendu à terme les marchandises qu'il avait achetées avec cette somme. Il fut honteux de ne pouvoir payer son créancier, entra dans sa maison, attacha son turban au toit, et voulut s'étrangler. Mais la mort ayant tardé à l'atteindre, il se rappela un changeur de ses amis, l'alla trouver et lui exposa son embarras. Le changeur lui prêta une somme avec laquelle il paya le marchand.

Lorsque je voulus partir de Khârezm, je louai des chameaux et j'achetai une double litière (cf. t. I, p.404).J'avais pour contre-poids, dans un des côtés de cette litière, Afif eddin Attaouzéry. Mes serviteurs montèrent quelques-uns de mes chevaux, et nous couvrîmes les autres avec des housses, à cause du froid. Nous entrâmes dans le désert qui s'étend entre Khârezm et Bokhâra, et qui a dix-huit journées d'étendue. Pendant ce temps, on marche dans des sables entièrement inhabités, si l'on en excepte une seule ville. Je fis mes adieux à l'émir Kothloûdomoûr, qui me fit don d'un habit d'honneur, ainsi que le kâdhi. Ce dernier sortit

على القاضي أخرى وخرج مع الفقهاء لوداعی وسرنا أربعة أيامر ووصلنا الى مدينة اللات وليس بهاذه الطريق عمارة سواها وضبط اسمها بفتح الهمزة وسكون اللام وآخره تاء مثناة وي صغيرة حسنة نزلنا خارجها على بركة ماء قد جهدت من البرد فكان الصبيان يلعبون فوقها ویزلقون عليها وسمع بقدومی قاضي الكات ويسمى صدر الشريعة وكنت قد لقيته بدار قاضی خوارزم فنجاء إلى مسكها مع الطلبة وشيخ المدينة الصالح العابد مجود للخيول ثم عرض على القاضي الوصول إلى أمير تلك المدينة فقال له الشيخ مجود القادم ينبغي له أن يزار وان كانت لنا هة نذهب إلى أمير المدينة وفاتي به ففعلوا ذلك واتى الامیر بعد ساعة في أمعابه وخدامه فسلنا عليه وان غرضنا تجيل

de la ville avec les docteurs pour me dire adieu. Nous marchâmes pendant quatre jours, et nous arrivâmes à la ville d'Alcât. Il n'y a pas sur le chemin de Khårezm à Bokbâra d'autre lieu habité que cette ville; elle est petite, mais belle. Nous logeâmes en dehors, près d'un étang qui avait été gelé par la rigueur du froid, et sur lequel les enfants jouaient et glissaient. Le kâdhi d'Alcât, appelé Sadr acchéri'ah « le chef de la loi », apprit mon arrivée. Je l'avais précédemment rencontré dans la maison du kâdhi de Khârezm. Il vint me saluer avec les étudiants et le cheïkh de la ville, le vertueux et dévot Mahmoûd alkhaïwaky (de Khiva). Le kâdbi me proposa de visiter l'émîr d'Alcât; mais le cheïkh Mahmoûd lui dit : « Il convient que l'étranger reçoive la visite, au lieu de la faire; si nous avons quelque grandeur d'âme, nous irons trouver l'émîr et nous l'amènerons. » Ils agirent de la sorte. L'émîr, ses officiers et ses serviteurs arrivèrent au bout d'une heure, et nous saluâmes ce chef. Notre intention était de nous hâter dans notre voyage. Mais il nous

السفر فطلب منها الاقامة وصنع دعوة جع لها الفقهاء وجوه العساكروسواهم ووقف الشعراء يمدحونه واعطاني كسوة وفرسا جيدا وسرنا على الطريق المعروفة بسيباية ) وفي تلك المعراء مسيرة ست دون ما ووصلنا بعد ذلك إلى بلدة وبكنة وضبط اسمها بفتح الواو وأسكان الباء الموحدة وكان ونون وي على مسيرة يوم واحد من بخاری بلدة حسنة ذات أنهار وبساتين وهم يتخرون العنب من سنة إلى سنة وعندهم فاكهة يسمونها العتو (الالوا بالعين المهملة وتشديد اللام فییتسونه ويجلبه الناس إلى الهند والصين ويجعل عليه الماء ويشرب ماؤه وهو ايام كونه أخضر حلو فاذا يبس صار فيه يسير

وضة وحميته كثيرة ولم ار مثله بالاندلس ولا بالمغرب

pria de nous arrêter, et donna un festin dans lequel il réunit les docteurs de la loi, les chefs de l'armée, etc. Des poëtes y récitèrent les louanges de l'émir. Ce prince me fit présent d'un vêtement et d'un cheval de prix. Nous suivîmes la route connue sous le nom de Sibâïeh (Senbáïeh? cf. Edricy, II, 187, 188).

Dans ce désert on marche l'espace de six journées sans rencontrer d'eau. Au bout de ce temps, nous arrivâmes à la ville de Wabkéneh (Wafkend des voyageurs modernes), éloignée d'un jour de marche de Bokhåra. C'est une belle ville, qui possède des rivières et des jardins. On y conserve des raisins d'une année à l'autre, et ses habitants cultivent un fruit qu'ils appellent alalloů (aláloû « la prune »). Ils le font sécher, et on le transporte dans l'Inde et à la Chine; on verse de l'eau par-dessus et l'on boit ce breuvage. Le goût de ce fruit est doux lorsqu'il est encore vert; mais, quand il est séché, il contracte une saveur légèrement acide; sa partie pulpeuse est abondante. Je n'ai pas vu son pareil dans l'Andalousie, ni dans le Maghreb, ni en Syrie.

« PrejšnjaNaprej »