Slike strani
PDF
ePub

عنه من

تقدمه وانا اشهد بالله وملائكته وسله أن جميع ما انقله

الكرم للخارق للعادة حق يقين وكفى بالله شهيدا واعم أن بعض ما أثره من ذلك لا يع في عقل كثير من الناس ويعدونه من قبيل المستحيل عادة ولاكن شيا عاينته وعرفت معته واخذ بحظ وافر منه لا يسعني الا قول الحق فيه واكثر ذلك ثابت بالتواتر في بلاد المشرق

ذكر ابوابه ومشوره وترتيب ذلك ودار السلطان بدهلی تسمى دار سرا بفتح السين المهمل والراء ولها أبواب كثيرة فاما الباب الاول فعليه جملة من الرجال مولون به ويقعد به اهل الانفار والابواق والصرنايات فاذا جاء امير او كبير ضربوها

précédé. J'atteste Dieu, ses anges et ses prophètes, que tout ce que je diraide sa munificence extraordinaire est la vérité sûre. Il me suffit de Dieu pour témoin. Je sais qu'une portion de ce que je raconterai en ce genre ne sera pas admise dans l'esprit de beaucoup d'individus, et qu'ils la comprendront parmi ce qui est impossible dans l'ordre habituel des choses. Mais quand il s'agit d'un événement que j'ai vu de mes yeux, dont j'ai connu la réalité, dans lequel j'ai pris une grande part, je ne puis faire autrement que de dire la vérité. D'ailleurs, la majeure partie de ces faits est rendue constante par la tradition orale dans les pays de l'Orient.

.

DES PORTES DU PALAIS DE CE SULTAN, DE SA SALLE D'AUDIENCE

ET DE L'ORDRE SUIVI EN CES LIEUX.

Le palais du sultan, à Dihly, est appelé Dår Sérå et a un grand nombre de portes. A la première se tiennent une troupe d'hommes préposés à sa garde; les joueurs de clairons, de trompettes et de fifres sont assis en cet endroit, et quand il arrive un émir ou un grand personnage, ils jouent

و

م

حفاظ الابواب

ويقولون في ضربهم جاء فلان جاء فلان وكذلك ايضا في البابين الثاني والثالث وبخارج الباب الأول دكاكين يقعد عليها للادون وهم الذين يقتلون الناس فان العادة عندهم انه متى أمر السلطان بقتل احد يرد على باب المشور ويبقى هنالك ثلانا وبين البابين الاول والثانی دهلیرکبیر فيه ذاكين مبنية من جهته يقعد عليها اهل النوبة من واما الباب الثاني فيقعد عليه البوابون المولون به وبينه وبين الباب الثالث دهانة كبيرة يقعد عليها نقیب النقباء وبين يديه هود ذهب يمسكه بيده وعلى راسه لاه من الذهب جوهرة في أعلاها ريش الطواويس والنقباء بين يديه على رأس كل واحد منهم شاشية مذهبة وفي وسطه منطقة وبيده

de leurs instruments et disent, dans les intervalles de ce concert : « Un tel est venu, un tel est venu. » Il en est de même à la seconde et à la troisième porte. En dehors de la première, il y a des estrades, sur lesquelles s'asseyent les bourreaux qui sont chargés de tuer les gens. C'est la coutume chez ce peuple,

, toutes les fois que le sultan a ordonné de tuer un homme, qu'il soit massacré à la porte de la salle d'audience et que son corps y reste trois jours. Entre les deux portes, la première et la seconde, il y a un grand vestibule, de chaque côté duquel sont des estrades en pierre de taille, où s'asseyent les hommes de faction parmi les gardiens des portes. Quant à la seconde de ces deux portes, les portiers chargés de sa garde y prennent place. Entre elle et la troisième, il y a une grande estrade où siége le nakib en chef (chef suprême de tous les chérifs); il a devant lui une massue d'or, qu'il prend dans sa main, et sur sa tête il porte une tiare d'or incrustée de pierreries et surmontée de plumes de paon. Les nakîbs se tiennent devant lui, coiffés chacun d'une calotte dorée, les reins serrés

سوط نصابه من ذهب أو فضة ويغضي هذا الباب الثاني إلى مشورکبیر متسع يقعد به الناس واما الباب الثالث فعليه دكاكين يقعد فيها كتاب الباب ومن عوائدهم أن لا يدخل على هذا الباب احد الا من عينه السلطان لذلك ويعين الكل انسان عددا من أصحابه وناسه يدخلون معه وكل من ياتي الى هذا الباب يكتب الكتاب أن فلانگا جاء في الساعة الاولى او الثانية أو ما بعدها من الساعات الى آخر النهار ويطالع السلطان بذالك بعد العشاء الآخرة ويكتبون أيضا بكل ما يحدث بالباب من الأمور وقد ين من أبناء الملوك من يوصل كل ما يكتبونه إلى السلطان ومن عوائدهم أيضا انه من غاب

par

une riche ceinture, et tenant dans la main un fouet, dont la poignée est d'or ou d'argent.

Cette seconde porte aboutit à une très-grande salle d'audience où s'asseyent les sujets. Quant à la troisième porte, elle est pourvue d'estrades, où se placent les écrivains de la porte. Une des coutumes de ce peuple, c'est que personne n'entre par cette porte,

à moins

que

le sultan ne l'ait désigné pour cela. Il fixe, pour chaque individu, un certain nombre de ses compagnons et de ses gens qui entrent avec lui. Toutes les fois que quelqu'un se présente à cette porte, les secrétaires écrivent : «Un tel est venu à la première heure ou à la seconde, » et ainsi de suite, jusqu'à la fin du jour. Le sultan prend conpaissance de ce rapport après la dernière prière du soir. Les écrivains tiennent note aussi de tout ce qui arrive à la porte; des fils de rois ont été désignés pour transmettre au sultan tout ce qu'ils écrivent.

Une autre coutume des Indiens, c'est que quiconque s'abstient de paraître au palais du sultan pendant trois jours

عن دار السلطان ثلاثة أيام فصاعدا لعذر او لغير عذر فلا يدخل هذا الباب بعدها الا باذن من السلطان فإن كان له عذر من مرض او غيره تدمر بين يديه هدية ما يناسبه اهداؤها الى السلطان وكذلك ايضا القادمون من الاسفار فالفتيه يهدی المعين والكتاب وشبهه والفقير يهدی المصلی والشبكة والمسواك ونحوها والامراء ومن اشبههمر يهدون الخيل والجمال والسلاح وهذا الباب الثالث يفضي إلى المشور الهايل النسيج الساحة المسمى هزار اسطون بفتح الهاء والزای والف وراء ومعنى ذلك الف سارية وی سواری من خشب مدهونة عليها سقف خشب منقوشة ابدع نقش يجلس الناس تحتها وبهذا المشور يجلس السلطان للجلوس العاتر،

et plus, soit qu'il ait une excuse ou non,

ne passe pas cette porte par la suite, si ce n'est avec la permission du souverain. S'il a quelque excuse, telle qu'une maladie ou un autre empêchement, il fait offrir au sultan un cadeau choisi parmi les objets qu'il lui convient de présenter à ce monarque. C'est ainsi qu'en usent également ceux qui arrivent de voyage. Le légiste offre un Koran, des livres et des dons semblables; le fakîr, un tapis à prier, un chapelet, un cure-dents ou des objets du même genre. Les émîrs et leurs pareils présentent des chevaux, des chameaux et des armes.

Cette troisième porte aboutit à la salle d'audience, vaste et immense, que l'on appelle Hezár Ousthoán (sutoûn), ce qui veut dire « les mille colonnes ». Ces colonnes sont de bois vernissé, et elles supportent une toiture de planches, peintes de la manière la plus admirable. Les gens s'asseyent au-dessous, et c'est dans cette salle que le sultan donne ses audiences solennelles.

ذکر ترتیب جلوسه للناس واكثر جلوسه بعد العصر ورما جلس اول النهار وجلوسه على مصطبة مفروشة بالبياض فوقها مرتبة ويجعل خلف ظهره مخدة كبيرة وعن يمينه متكأ وعن يساره مثل ذلك وقعوده جلوس الانسان للتشهد في الصلاة وهو جلوس اهل الهند لهم فاذا جلس وقف أمامه الوزير ووقف الكتاب خلف الوزير وخلفهم للحجاب وکبیر حجاب هو فیروز ملك ابن عمر السلطان ونایبه وهو أذني للمجاب می السلطان ثم يتلوه خاص حاجب ثم يتلوه نایب خاص

وسيد حجاب وجماعة حاجب ووكيل الدار ونایبه وشرف للحجاب

DE L'ORDRE OBSERVÉ PAR LE SULTAN DANS SES AUDIENCES.

La plupart de ses audiences ont lieu après la prière de quatre heures du soir; mais souvent il en donne au commencement de la journée. Il siége sur une estrade tendue d'étoffes de couleur blanche et surmontée d'un trône; un grand coussin est placé derrière son dos; il a à sa droite un autre coussin et un troisième à sa gauche. Il s'assied à la manière de l'homme qui veut réciter le téchehhud, ou profession de foi musulmane, pendant la prière. (Voy. Mour. d'Ohsson , II, 83, 84.) C'est ainsi que s'asseyent tous les habitants de l'Inde. Quand le sultan est assis, le vizir se tient debout devant lui, les secrétaires se placent derrière le vizir, et les chambellans derrière les secrétaires. Le chef suprême des chambellans est Fîroùz Mélic, cousin germain du sultan et son lieutenant. C'est celui des chambellans qui approche le plus près du sultan. Après lui vient le chambellan particulier, qui est lui-même suivi de son substitut,

, de l'intendant du palais et de son lieutenant, de deux dignitaires appelés : l’un la gloire et l'autre le chef des chambellans, et des personnes placées sous leurs ordres.

و

« PrejšnjaNaprej »