Slike strani
PDF
ePub

يوم

[ocr errors]

وسكون الشين المعجم وتاء معلوة ويقف الغراشون وهم عبيد السلطان صقا والهدية بايديهم كل واحد منهم مسك قطعة ثم يقدم الفيلة أن كان في الهدية شيء منها ثم للخيل المسرجة الملجمة ثم البغال ثم لجمال عليها الأموال ولقد رأيت الوزير

حين قدم السلطان خواجة جهان قدم هديته ذات می دولة أباد ولقيه بها في ظاهر مدينة بيانة فأدخلت الهدية اليه على هذه الترتيب ورايت في جلتها صينية مدونة باحجار الياقوت وصينية ملوة باحجار الزمرد وصينية ملؤة باللؤلؤ الفاخر وكان حاج کا ون ابن عمر السلطان أبي سعيد ملك العراق حاضرا عنده حين ذلك فاعطاه حظا منها وسيذكر ذلك فيما بعد أن شاء الله تعالى ،

khicht (nom persan qui signifie « brique, etc. »). Les farrâchs ou valets, qui sont les esclaves du sultan, se tiennent debout en un seul rang, et ils ont à la main les présents, chacun d'eux portant une pièce séparée. Après cela, on fait avancer les éléphants, s'il s'en trouve dans le cadeau, puis les chevaux sellés et bridés, ensuite les mulets, et enfin les chameaux chargés des tributs.

Je vis une fois le vizir Khodjah Djihân offrir un présent au sultan, qui revenait de Daoulet Åbâd. Il alla à sa rencontre jusqu'à l'extérieur de la ville de Biyânah, et fit por. ter le cadeau devant le monarque dans l'ordre que nous avons décrit. Parmi les objets offerts dans cette circonstance, je remarquai un vase de porcelaine rempli de rubis, autre rempli d'émeraudes et un troisième plein de perles magnifiques. Cela se passait en présence de Hâdji Câoun, cousin germain du sultan Aboů Sa'id , roi de l'Irak. Le souverain de l'Inde lui donna une partie de ce cadeau, comme nous le dirons plus tard en détail, s'il plaît au Dieu très-haut.

un

ذکر خروجه للعيدين وما يتصل بذلك واذا كانت ليلة العيد بعث السلطان إلى الملوك واخوات وأرباب الدولة والاعزة والكتاب الحجاب والنقباء والقواد والعبيد واهل الاخبار الخلع التي تعمهم جميعا فاذا كانت صبيحة العيد زينت الغيلة كلها بالحریر

عشر فيد لا يركبها احد والذهب والجواهر ويكون منها ستة عشر أما في مختصة بركوب السلطان ويرفع عليها ستة عشر شطا چترا من الحرير مرصعة بالمجوهرقائمة كل شطر منها ذهب خالص وعلى كل فيل مرتبة حرير مرصعة بالجواهر ويركب السلطان فيد منها وترفع أمامه الغاشية وي ستارة زجه وتكون مرصعة بانفس الجواهر ويمشي بين يديه عبيده وماليكه

DE LA SORTIE DU SULTAN LORS DES DEUX PRINCIPALES FÊTES,

ET DE CE QUI SE RATTACHE À CE SUJET.

Le soir qui précède la fête, le sultan fait cadeau de vêtements aux rois ou grands dignitaires, aux favoris, aux chess du royaume, aux personnages illustres ou étrangers, aux secrétaires, aux chambellans, aux officiers, aux gouverneurs, de même qu'aux serviteurs et aux messagers. Au matin de la fête, on orne tous les éléphants avec de la soie, de l'or et des pierres précieuses. Seize de ces animaux ne sont montés par personne, et ils sont seulement réservés pour le sultan. On élève sur ceux-ci seize tchetrs ou parasols de soie, incrustés de pierres précieuses, et dont les manches sont en or pur. Chacun de ces éléphants porte, de plus, un coussin de soie, enrichi de pierres précieuses. Le souverain monte un de ces éléphants, et l'on porte devant lui la gháchiyah, c'est-à-dire la housse qui recouvre la selle du sul

elle est incrustée des pierres les plus précieuses. Devant le monarque marchent à pied ses serviteurs et ses

tan;

وكل واحد منهم تكون على رأسه شاشية ذهب وعلى وسطه منطقة ذهب وبعضهم يرضعها بالجوهر ويمشي بين يدية ايضا النقباء وهم نحو ثلاثماية وعلى رأس كل واحد منهم اقروف ذهب

ويركب وعلى وسطه منطقة ذهب وفي يده مقرعة نصابها ذهب وير قاضي القضاة صدر لهان كمال الدين الغزنوی وقاضي القضاة

صدر جہان ناصر الدین خوارزمی وسائر القضاة وكبار الاعرة . من الخراسانيين والعراقيين والشاميين والمصريين والمغاربة كل

واحد منهم على فيل وجميع الغرباء عندهم يسمون الخراسانيين ويركب المؤذنون أيضا على الغيلة وهم يكبرون ويخرج السلطان من باب القصر على هذا الترتيب والعساكرتنتظره كل امیر

esclaves, chacun d'eux ayant sur la tête une calotte d'or, et autour des hanches une ceinture également d'or, que quelques-uns enrichissent de pierres précieuses. Les officiers, au nombre d'environ trois cents, marchent aussi à pied devant le sultan; ils portent sur leur tête un bonnet haut en or, ont autour des reins une ceinture d'or, et à leur main un fouet, dont le manche est en or. On remarque, montés sur des éléphants : le grand juge Sadr Aldjihân Camål eddîn Alghaznéouy, le grand juge Sadr Aldjihân Nâssir eddîn Alkhârezmy, et tous les autres juges; il en est ainsi des principaux personnages illustres, parmi les Khorâçãniens, les Iråkiens, les Syriens, les Égyptiens et les Barbaresques. Tous ceux-ci sont pareillement montés sur des éléphants. Il est à noter que tous les étrangers sont nommés Khoraçâniens par les peuples de l'Inde. Les muezzins montent aussi sur des éléphants, et ne cessent de crier : « Dieu est tout-puissant!

Telle est la disposition qu'on observe quand le sultan sort de la porte du château. Il est attendu par toutes les troupes,

المشاة وأمامهم

بنوجه على حدة معه طبوله واعلامه فيقدم السلطان وأمامه

القضاة وللمؤذنون يذكرون من ذكرناه الله تعالى وخلف السلطان مراتبه وفي الاعلام والطبول والابواق والانغار والصرنايات وخلفهم جميع اهل دخلته ثم يتلوهم اخو السلطان مبارك خان بمراتبه وعساكره ثم يليه أبن أخ السلطان بهرام خان بمراتبه وعساكره ثم يليه ابن عمه ملك فيروز بمراتبه وعساكره ثم يليه الوزير بمراتبه وعساکره ثم يليه الملك تجير بن ذی الرجا بمراتبه وعساكره ثم يليه الملك الكبير قبولة بمراتبه وعساکره وهذا الملك كبير القدر عنده عظيم جاه كثير المال اخبرنی صاحب دیوانه ثقة

chaque commandant étant à la tête de son corps, séparé des autres, et ayant avec lui ses tambours et ses drapeaux. Le souverain s'avance, précédé par les gens à pied que nous avons mentionnés; devant ceux-ci marchent les juges et les muezzins, qui proclament les louanges de l'Être suprême. Derrière le sultan se voient ses mérâtib ( dignités, insignes, etc.) : ce sont les drapeaux, les tambours, les cors, les trompettes et les hautbois. Viennent après cela toutes les personnes qui sont dans son intimité; à leur suite, le frère du monarque, Mobârec khân, avec ses insignes et ses troupes; puis, le neveu du sultan, Behrâm khân, avec ses insignes et ses troupes; le cousin du sultan, le roi Fîroûz, avec ses insignes et ses troupes; le vizir, avec ses insignes et ses troupes; le roi Modjîr, fils de Dhoû’rrédja, avec ses insignes et ses troupes; le gravd roi Kaboulah, avec ses insignes et ses troupes. Celui-ci est fort estimé du sultan ; il occupe un rang très-élevé et possède d'immenses richesses. J'ai été in formé

par

le

personnage qui tient ses registres, ou son in

الملك علاء الدين على المصرى المعروف بابن الشرابشى أن نفقته ونفقة عبيده ومرتباتهم ستة وثلاثون ككا في السنة ثم يليه الملك تكبية بمراتبه وعساكره ثم يليه الملك بغرة بمراتبه وعساكره ثم يليه الملك مخلص بمراتبه وعساكره ثم يليه الملك قطب الملك بمراتبه وعساكره وهولاء هم الأمراء الكبار الذين لا يفارقون السلطان وهم الذين يركبون معه يوم بالمراتب ويركب غيرهم من الامراء دون مراتب وجميع من يركب في ذلك اليوم يكون مدعا هو وفرسه واكثرهم ماليك السلطان فاذا وصل السلطان إلى باب المصتي وقف على بابه

العيد

tendant, et qui est connu sous la dénomination de l'Homme de confiance du royaume, 'Alâ eddîn ’Aly almisry, appelé aussi Ibn Acchérâbichy, ou le fils du marchand de bonnels (du mot persan serpoứch, qui signifie « bonnet, etc. »), que la dépense de Kaboulah, de ses serviteurs, ainsi que le total de leurs salaires, s'élevait à trente-six lac par an, c'est-à-dire trente-six fois cent mille dînârs d'argent, ou trois millions six cept mille pièces d'argent. Après Kaboûlah, viennent dans le cortége : le roi Nocbiah, avec ses insignes et ses troupes; le roi Boghrah, avec ses insignes et ses troupes; le roi Mokhliss, avec ses insignes et ses troupes, et le roi Kothh almoulc, avec ses iosignes et ses troupes. Tous les individus que nous venons de nommer sont les principaux émîrs, qui ne quittent jamais le sultan. Ils montent à cheval avec lui le jour de la fête, avec leurs insignes, tandis que les autres émîrs en sont privés. Toutes les personnes qui montent à cheval dans cette solennité sont revêtues de leurs cuirasses, et leurs montures sont caparaçonnées. La plupart de ces gens sont des esclaves du monarque.

Lorsque le sultan est arrivé à la porte de l'oratoire, il

« PrejšnjaNaprej »