Slike strani
PDF

«JU^ffwi J IjJj Ca5\j' S<xacj aIy'wo Jt àijjdi Jjul-j Cajlsj

j*iiS*,î il d JliU pUJl Je 4,W1 .«(? if, J.Xa.j, J^b

^JJl StriâU» Jjalï>,s ^jU AjJl iijj'i OsJlJj, AAÏU ij CJp^A-?, DIVERSES ANECDOTES SUR L'AVARICE DD FILS DU CALIFE.

Des rapports d'amitié existaient entre moi et le fils du calife; j'allais souvent chez lui, et lorsque je partis, je lui laissai même un de mes fils, du nom d'Ahmed. Maintenant je ne sais pas ce qu'ils sont devenus l'un et l'autre. Je dis un jour au fils du calife : «Pourquoi manges tu tout seul, et ne réunis-tu point tes compagnons pour le repas? « Il me répondit :« Le cœur me manque de les voir en si grand nombre, et tous manger mon pain! » Ainsi, il se nourrissait isolément, il donnait à son ami Mohammed, fils d'Aboù Accharafy, une partie des aliments pour les personnes qu'il voulait, et s'emparait du reste.

J'allais et venais dans sa demeure, ainsi que je L'ai dit, et je voyais au soir le vestibule du palais qu'il habitait, tout à fait obscur; aucune lampe ne féclairait. Souvent j'ai aperçu Ghiyàth eddîn ramassant clans son jardin de petites branches de bois à brûler, dont il avait déjà rempli des magasins. Je lui fis quelques observations sur cela; mais il me répondit: « On en a besoin. • Il employait ses compagnons, ses mamloûcs,

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
« PrejšnjaNaprej »