Slike strani
PDF

أربعة وعشرون الف رجل من أهل العم ولم يبق منهم غيري وغير ذلك وأشار الى أبن أخيه ، رجع قال ونزلنا من بخاری بربضها المعروف بغت اباد حيث قبر الشيخ العالم العابد الزاهد سیف الدین الباخرزی وكان من كبار الأولياء وهاذه الزاوية المنسوبة لهاذا الشيخ حيث نزلنا عظية لها أوقاف فخمة يطعم منها الوارد والصادر وشيخها من ذريته وهو كاج السياح يحمي الباخرزی " واضافنی هذا الشيخ بدارة ومع وجوه أهل المدينة وقرا القراء بالاصوات اللسان ووعظ الواعظ وغنوا بالتركي والفارسي على طريقة حسنة ومرت لنا هنالك ليلة بديعة من اب الليالي

causée par les Tatars, dans l'Irak , vingt-quatre mille savants. Il ne reste plus de toute cette classe que moi et cet homme, désignant du geste le fils de son frère. »

Mais revenons au récit de notre voyageur.

Nous logeâmes, dit-il, dans le faubourg de Bokhâra, nommé Feth Abád « le séjour de la victoire », où se trouve le tombeau du cheikh, du savant, du pieux et dévot Seïf eddîn albâkharzy; cet homme était au nombre des principaux saints. L'ermitage qui porte son nom, et où nous descendîmes, est considérable. Il jouit de legs importants, à l'aide desquels on donne à manger à tout venant. Le supérieur de cet ermitage est un descendant de Bâkbarzy; c'est le pèlerin, le voyageur Yahia albâkharzy. Ce cheïkh me traita dans sa maison, et y réunit les principaux habitants de la ville. Les lecteurs du Coran firent une lecture avec de belles voix; le prédicateur fit un sermon, et on chanta des chansons turques et persanes, d'après une méthode excellente. Nous passâmes en cet endroit une nuit admirable, et qui peut compter parmi les plus merveilleuses. J'y rencontrai le jurisconsulte,

ولقيت بها الفقيه العالم الفاضل صدر الشريعة وكان قد قدم من هرات وهو من الصحاء الفضلاء وزرت بخاری قبر الامام العالم

لجامع العيب شيخ المسلمين رضه أبي عبد الله البخاری مصنف وعليه مکتوب هذا قبر محمد بن اسماعيل البخاري وقد صنف من الكتب كذا وكذا وكذلك على قبور علماء بخاري أسماؤهم وأسماء تصانیغهم وكنت قيدت من ذلك كثيرا وضاع مني في جملة ما ضاع لى لما سلبنی کنار الهند في البحر ثم سافرنا من بخاری قاصدین معسكر السلطان الصالح المعظم علاء الدين طرمشیرین وسنذكره فرقا على خشب البلدة التي ينسب اليها الشيخ أبو تراب الخشبي وفي صغيرة تحت بها البساتين والمياه فنرلنا بخارجها بدار لاميرها وكان عندي جارية قد

le savant et vertueux Sadr accheri'ah « le chef de la loi », qui était arrivé de Hérât; c'était un homme pieux et excellent. Je visitai à Bokhâra le tombeau du savant imâm Abou’Abd Allah albokhâry, professeur des musulmans et auteur du recueil (de traditions) intitulé : Aldjámi'ssahîh « la collection véridique ». Sur ce tombeau se trouve cette inscription : « Ceci est la tombe de Mohammed, fils d'Ismâ'il albokhâry, qui a composé tels et tels ouvrages. » C'est ainsi qu'on lit, sur les tombes des savants de Bokhâra , leurs noms et les titres de leurs écrits. J'avais copié un grand nombre de ces épitaphes ; mais je les ai perdues avec d'autres objets, lorsque les infidèles de l'Inde me dépouillèrent sur mer.

Nous parlîmes de Bokhâra, afin de nous rendre au camp du sultan pieux et honoré, 'Alâ eddîn Thermachîrîn, dont il sera question ci-après. Nous passâmes par Nakhcheb, ville dont le cheïkh Abou Toråb annakhcheby a emprunté son surnom. C'est une petite cité, entourée de jardins et de canaux. Nous logeâmes hors de ses murs, dans une maison ap

قاربت الولادة وكنت أردت چلها إلى سمرقند لتلد بها فاتفق أنها كانت في العمل فوضع العمل على الجمل وسافر أصحابنا من الليل وفي معهم والزاد وغيره من أسبابي واتت أنا حتى ارتحل نهارا مع بعض من مي فسلكوا طريقا وسلكت طريقا سواها فوصلنا عشية النهار الى حالة السلطان المذكور وقد جعنا فنزلنا على بعد من السوق واشترى بعض أصحابنا ما ست جوعتنا وأعارنا بعض التجار خباء بتنا به تلك الليلة ومضى امحابنا من الغد في البحث عن الجمال وباق الامجاب فوجدوهم عشيا وجاءوا بهم وكان السلطان غائب عن العلة في الصيد فاجتمعت بنائبه الأمير تقبعا فانزلني بقرب مسجده واعطانی

partenant à son gouverneur. J'avais avec moi une jeune esclave qui était enceinte et près de son terme; j'avais résolu de la conduire à Samarkand, pour qu'elle y fît ses couches. Or il se trouva qu'elle était dans une litière qui fut chargée sur un chameau. Nos camarades partirent de nuit et cette esclave les accompagna , avec les provisions et d'autres objets à moi appartenants. Pour moi, je restai près de Nakhcheb, afin de me mettre en route de jour, avec quelques autres de mes compagnons. Les premiers suivirent un chemin différent de celui que nous prîmes. Nous arrivâmes le soir du même jour au camp du sultan. Nous étions affamés, et nous descendîmes dans un endroit éloigné du marché; un de nos camarades acheta de quoi apaiser notre faim. Un marchand nous prêta une tente où nous passâmes la nuit. Nos compagnons partirent le lendemain à la recherche des chameaux et du reste de la troupe; ils les trouvèrent dans la soirée, et les amenèrent avec eux. Le sultan était alors absent du camp pour une partie de chasse. Je visitai son lieutenant, l'émir Takbogha; il me logea dans le voisinage

خرقة (خراه) وفي شبه الباء وقد ذكرنا صفتها في ما تقدم فجعلت للجارية في تلك الحرقة فولدت تلك الليلة مولودا واخبروني أنه ولد ذكر ولم يكن كذلك فلما كان بعد العقيقة أخبرني بعض الاصحاب أن المولود بنت فاستحضرت لجواري فسالتهن فاخبرني بذلك وكانت هذه البنت مولودة في طالع سعد فرايت كل ما يسرني ويرضيني منذ ولدت وتوفيت بعد وصولي إلى الهند بشهرين وسيذكر ذلك واجمعت بهاذه العلة بالشيخ الفقيه العابد مولانا حسام الدین البانی بالياء أخر للحروف والغين المعجمة ومعناه بالتركية الثاير وهو من أهل اطرار وبالشيخ حسن صهر السلطان،

de sa mosquée et me donna une khargâh; c'est une espèce de tente, que nous avons décrite ci-dessus (t. II, p. 299, 300). J'établis la jeune esclave dans cette khargâh; et elle y accoucha dans la même nuit. On m'informa que l'enfant était du sexe masculin, mais il n'en était pas ainsi : ce ne fut qu'après l'akikah (brebis que l'on sacrifie quand un enfant est rasé pour la première fois, ce qui a lieu d'ordiDaire le septième jour après sa naissance), qu'un de mes compagnons m'apprit que l'enfant était une fille. Je fis venir les esclaves femelles, et je les interrogeai; elles me confirmèrent la vérité du fait. Cette fille était née sous une heureuse étoile; depuis sa naissance, j'éprouvai toutes sortes de joies et de satisfactions. Elle mourut deux mois après mon arrivée dans l'Inde, ainsi que je le raconterai ci-dessous.

Je visitai dans ce camp le cheikh, le jurisconsulte, le dévot Mewlânâ Hoçãın eddîn alyâghi (le sens de ce dernier mot, en turc, est le rebelle), qui est un habitant d'Othrâr, et le cheikh Haqan, beau-frere du sultan.

. ذکر سلطان ما وراء النهر وهو السلطان المعظم علاء الدين طرمشیرین وضبط اسمه بفتح الطاء المهمل وسكون الراء وفق المم وكسر الشين المعجم وباء مد وراء مكسور وياء مد تانية ونون . وهو عظم المقدار کثیر الجيوش والعساکر مخم الممكلة شديد القوة عادل الكم وبلاده متوسطة بين أربعة من ملوك الدنيا الكبار وهم ملك الصين وملك الهند وملك العراق والملك اوزبك وتهم يهادونه ويعظمونه ويكرمونه وولى الملك بعد اخيه الإكطى وضبط اسمه بغنى لجم المعقودة والكاف والطاء المهمل وسكون الباء وكان الإكطى هذا كافرا وولى بعد اخيه الاكبر

كبك وكان كبك هذا كافرا أيضا لاكنه كان عادل لكم منصفا المظلومين يكرم المسلمين وبعظمهم،

HISTOIRE DU SULTAN DU MAVÉRÂ’NNAHR. (LA TRANSOXANE.)

C'est le sultan honoré, 'Alâ eddîn Thermachîrîn, qui est un prince très-puissant. Il possède des armées nombreuses , un royaume considérable et un pouvoir étendu; il exerce l'autorité avec justice. Ses provinces sont situées entre celles de quatre des plus puissants souverains de l'univers : le roi de la Chine, le roi de l'Inde, le roi de l'Irâk et le roi Uzbec. Ces quatre princes lui font des présents, et lui témoignent de la considération et du respect. Il est parvenu à la royauté après son frère Iltchacathaï. Ce dernier était infidèle, et il était monté sur le trône après son frère aîné Kebec. Kebec était aussi infidèle; mais il était juste dans l'exercice de son autorité, rendait justice aux opprimés, et traitait les musulmaps avec égard et considération.

« PrejšnjaNaprej »