Slike strani
PDF

ذکر بعث السلطان عتی وابایتی عن الرجوع إلى الخدمة واجتهادي في العبادة ولما بلغ السلطان خبر خروى عن الدنيا أستدعاني وهو يومئذ بسيوستان فدخلت عليه في زى الفقراء فكلمني احسن کلام والطغه واراد متي الرجوع الى للخدمة فابيت وطلبت منه الأذن في السفر الى المجازفاذن لي فيه وأنصرفت عنه ونزلت بزاوية تعرف بالنسبة إلى الملك بشير وذلك في أواخر چادى الثانية سنة ثنتين وأربعين فاعتكفت بها شهر رجب وعشرا من شعبان وانتهيت إلى مواصلة خسة أيام وأفطرت بعدها على قلید ارز دون إدار وكنت أقرأ القرآن كل يوم واتهجد بما شاء الله وكنت اذا

DE L'ORDRE DU SULTAN POUR QUE JE ME RENDISSE PRÈS DE LUI, DE

MON REFUS DE REPRENDRE DU SERVICE, ET DE MON ZÈLE POUR LA DÉVOTION.

"Lorsque le souverain sut que je m'étais retiré du monde, il me fit demander; il se trouvait alors dans le pays de Siouacitân (Sihwan). Je me rendis auprès de lui dans le costume des moines, et il me parla de la manière la plus affectueuse et la plus affable. Il m'invita à reprendre mes fonctions; mais je refusai, et le priai de me permettre de voyager vers la province de Hidjâz; il m'accorda cette per. mission. Je quittai le sultan et me logeai dans un ermitage qui prend son nom du roi Bachîr; c'était dans les derniers jours du mois de djoumâda second, de l'année quarante-deux (742 de l'hégire=décembre 1341 de J. C.). J'y passai, tout adonné aux pratiques de dévotion, le mois de radjab et les dix premiers jours de cha'bân. Je parvins à jeûner cinq jours de suite, après lesquels je ne mangeai qu'un peu de riz, sans assaisonnement. Tous les jours je lisais le Korân , et dormais le temps que Dieu voulait. Quand

وم

الت الطعام أذانی فاذا طرحته وجدت الراحة واقت كذلك اربعين يوما ثم بعث على ثانية ،

ذكر ما أمرني به من التوجه إلى الصين في الرسالة ولمتا کلت لى اربعون يوما بعث إلى السلطان خی؟ مسرجة وجواري وغلمانا وثيابا ونفقة فلبست ثيابه وقصدته وكانت إلى جبة قطن زرقاء مبطنة لبستها ايام اعتکاف فتا جودتها ولبست ثياب السلطان انکر نفسي وكنت مني نظرت إلى تلك الجبة أجد نورا في باطني ولم تزل عندي الى أن سلبني الكفار في البحر ولما وصلت إلى السلطان زاد في اكرامي على ما كنت أعهده وقال لي انما بعثت اليك لتتوجه عتى رسوإلى

je prenais des aliments, ils me faisaient mal, et quand je m'en abstenais, je trouvais le repos. Quarante jours se passèrent de la sorte, et puis le sultan m'envoya chercher unc seconde fois. DE L'ORDRE QUE LE SULTAN ME DONNA DE PARTIR POUR LA CHINE,

EN QUALITÉ DE SON AMBASSADEUR. Après que j'eus passé quarante jours dans l'ermitage, le sultan m'envoya des chevaux sellés, des esclaves des deux sexes, des habits et de l'argent pour la dépense; je revêtis ces habits et allai trouver le souverain. J'avais une tunique courte de coton bleu, doublée, que je portai constamment tout le temps de mes exercices de dévotion. Lorsque je l'ộtai pour endosser les habillements envoyés par le sultan, j'éprouvai une sorte de répugnance pour mon action, et toutes les fois que je jetais les yeux sur celle tunique, je voyais comme une lumière dans mon cæur. Je conservai près de moi cet habit, jusqu'au moment où il me fut volé en mer par les infidèles.

Étant arrivé chez le sultan, il m'honora plus encore qu'il n'avait l'habitude de le faire, et il me dit : « Je t'ai envoyé

ملك الصين فان اعم حبك في الاسعار والجولان مجهزني بما احتاج له وعين للسفر مع من يذكر بعد

chercher afin que tu partes, comme non ambassadeur près du roi de la Chine; car je connais ton amour pour les courses et les voyages. » Il me fournit tout ce dont j'avais besoin, et il désigna, pour partir avec moi, les personnes qui seront nommées plus tard.

FIN DU TOME TROISIÈME.

VARIANTES ET NOTES.

Page 6 (1). Le surnom d'Alcobra, donné au cheikh Nedjm eddîn , ayant besoin d'explication, nous croyons devoir traduire la notice très-détaillée et assez curieuse que Kbondémîr a consacrée à ce cheikh dans sa grande histoire universelle écrite en persan , et intitulée : Habib Assiyer ou « l'Ami des biographies ».

NOTICE SUR LE CHEIKH NEDJM EDDÎN COBRA ET SUR SON MARTYRE,

PAR LA VOLONTÉ DE DIEU TRÈS-HAUT.

Le nom du cheikh Nedjm eddîn était Ahmed, fils d'Omar alkhiwaky (ou de Khiwa; le manuscrit porte 3 ), et son surnom, Cobra. Ce saint personnage fut désigné par ce surnom parce que, pendant ses études, il remportait l'avantage sur tous ceux de ses condisciples avec qui il engageait des discussions. Ce fut pour cette raison qu'on l'appela « le dernier jugement», sus alb, thammehi cobra. Dans la suite, et par le grand usage qu'on fit de ce surnom, on rejeta le mot thammehi et l'on se contenta de dire cobra. D'autres personnes pensent que le surnom de Nedjm eddîn était coberâ', pluriel rompu ou irrégulier de cabir, yucu qui m , c'està-dire qu'il était « l'astre des grands », S ci AsMais la première explication est la vraie. Voilà ce qu'on lit dans l'histoire d'Alyaféy.

Le nom de cheikh wély térách « le cheikh qui sculpte des amis de Dieu ou des saints », est aussi un surnom de ce saint personnage. On le lui a attribué parce que, quelle que fût la personne sur laquelle son regard tombait, elle parvenait au rang de saint, w o muj go.

Hemistiche. — Lorsqu'un chien a été regardé par Nedjm eddîn , il devient le chef des autres chiens.

Le prénom du cheikh Nedjm eddîn était Abou'l Djonnab. L'émîr Ik bâl Seistâny rapporte ce qui suit dans l'opuscule (riçâleh) renfermant les paroles du cheikh Rocn eddîn 'Alå eddaulah Simnâny : « Dans sa jeunesse, le cheikh Nedim eddîn se rendit de Khârezm à Hamadân , afin d'étudier les traditions. Lorsqu'il eut obtenu des savants de cette ville la permission de transmettre les traditions, il passa à Alexandrie. Ayant aussi obtenu

[ocr errors]
« PrejšnjaNaprej »