Examen du Christianisme, Kolièina 3

Sprednja platnica
Degorce-Cadot, 1865 - 1049 strani
 

Mnenja - Napi¹ite recenzijo

Na obièajnih mestih nismo na¹li nobenih recenzij.

Druge izdaje - Prika¾i vse

Pogosti izrazi in povedi

Priljubljeni odlomki

Stran 188 - J'attrape le bout de l'année ; Chaque jour amène son pain. Eh bien ! que gagnez-vous, dites-moi, par journée ? Tantôt plus, tantôt moins : le mal est que toujours (Et sans cela nos gains seraient assez honnêtes), Le mal est que dans l'an s'entremêlent des jours Qu'il faut chômer ; on nous ruine en fêtes ; L'une fait tort à l'autre ; et monsieur le curé De quelque nouveau saint charge toujours son prône.
Stran 163 - Ami, peux-tu penser que d'un zèle frivole Je me laisse aveugler pour une vaine idole, Pour un fragile bois que, malgré mon secours, Les vers sur son autel consument tous les jours...
Stran 14 - Je vous dis, en vérité, que personne ne quittera , pour moi et pour l'évangile, sa maison, ou ses frères, ou ses sœurs, ou son père, ou sa mère, ou sa femme, ou ses enfants, ou ses terres, 30.
Stran 58 - Paul ne peut en rien être altéré ou ébranlé: que toute personne soit soumise aux puissances supérieures; car il n'ya point de puissance qui ne vienne de dieu, et c'est lui qui ordonne celles qui sont sur la terre; celui donc qui s'oppose aux puissances résiste à l'ordre de dieu.
Stran 13 - Ne pensez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre : je ne suis pas venu apporter la paix, mais l'épée.
Stran 216 - C'est pourquoi , méprisant les vains honneurs et ne regar« dant que la vérité, je m'efforce de vivre et de mourir en homme « de bien; et je vous y exhorte, ainsi que tous les autres, autant « que je puis. Je vous rappelle à la vertu, je vous anime à ce saint « combat, le plus grand, croyez-moi, que nous ayons à soutenir < sur la terre. Combattez donc sans relâche , car vous ne pouvez • plus vous être à vous-même d'aucun secours, lorsque présent • devant le Juge, vous attendez votre...
Stran 58 - Que si vous faites mal, vous aurez raison de craindre, parce que ce n'est pas en vain qu'il porte l'épée. Car il est le ministre de Dieu, pour exécuter sa vengeance, en punissant celui qui fait de mauvaises actions. Il est donc nécessaire de vous y soumettre, non-seulement parla crainte du châtiment, mais aussi par un devoir de conscience.
Stran 65 - Vous souffrez qu'il vous parle? et vous ne craignez pas Que du fond de l'abîme entr'ouvert sous ses pas II ne sorte à l'instant des feux qui vous embrasent, Ou qu'en tombant sur lui ces murs ne vous écrasent?
Stran 300 - Je vous déclare de plus qu'un jour vous verrez le Fils de l'homme assis à la droite de la majesté de Dieu, et venant sur les nuées du ciel.
Stran 215 - Or , ceux que les dieux et les hommes punissent afin que leur punition leur soit utile , sont les malheureux qui ont commis des péchés guérissables : la douleur et les tourmens leur procurent un bien réel , car on ne peut être autrement délivré de l'injustice.

Bibliografski podatki