Les lois fondamentales de la monarchie française d'après les théoriciens de l'ancien régime

Sprednja platnica
A. Fontemoing, 1907 - 336 strani
 

Mnenja - Napi¹ite recenzijo

Na obièajnih mestih nismo na¹li nobenih recenzij.

Druge izdaje - Prika¾i vse

Pogosti izrazi in povedi

Priljubljeni odlomki

Stran 162 - Dieu seul, il n'ya puissance en terre, quelle qu'elle soit, spirituelle ou temporelle, qui ait aucun droit sur son royaume, pour en priver les personnes sacrées de nos rois...
Stran 234 - Ainsi ceux qui prétendent que l'acte par lequel un peuple se soumet à des chefs n'est point un contrat, ont grande raison. Ce n'est absolument qu'une commission, un emploi, dans lequel, simples officiers du souverain, ils exercent en son nom le pouvoir dont il les a faits dépositaires, et qu'il peut limiter, modifier, et reprendre quand il lui plaît.
Stran 213 - Il ne suffit pas qu'il y ait dans une monarchie des rangs intermédiaires; il faut encore un dépôt de lois. Ce dépôt ne peut être que dans les corps politiques, qui annoncent les lois lorsqu'elles sont faites, et les rappellent lorsqu'on les oublie.
Stran 212 - J'ai dit les pouvoirs intermédiaires , subordonnés et dépendants : en effet , dans la monarchie , le prince est la source de tout pouvoir politique et civil. Ces lois fondamentales supposent nécessairement des canaux moyens par où coule la puissance : car, s'il n'ya dans l'état que la volonté momentanée et capricieuse d'un seul , rien ne peut être fixe ; et par conséquent aucune loi fondamentale.
Stran 319 - ... là, à l'égard de la moitié du monde, odieuses. Le peuple entra dans le sanctuaire : il leva le voile qui doit toujours couvrir tout ce que l'on peut dire, tout ce que l'on peut croire du droit des peuples et de celui des rois qui ne s'accordent jamais si bien ensemble que dans le silence.
Stran 189 - EdlU 1667, in-12, p. 169. où il était dit « que la foi fondamentale de l'Etat forme une liaison réciproque et éternelle entre le prince et ses descendants, d'une part, et les sujets et leurs descendants, de l'autre, par une espèce de contrat qui destine le souverain à régner et les peuples à obéir...
Stran 319 - L'on chercha en s'éveillant, comme à tâtons, les lois: l'on ne les trouva plus; l'on s'effara, l'on cria, l'on se les demanda; et dans cette agitation les questions que leurs explications firent naître, d'obscures qu'elles étaient et vénérables par leur obscurité, devinrent problématiques; et de là, à l'égard de la moitié du monde, odieuses.
Stran 179 - C'est pourquoi Dieu prend en sa protection tous les gouvernements légitimes, en quelque forme qu'ils soient établis : qui entreprend de les renverser n'est pas seulement ennemi public, mais encore ennemi de Dieu
Stran 151 - Dieu qui soit tout puissant et que la puissance des hommes ne peut etre absolue tout à fait, il ya trois sortes de lois qui bornent la puissance du Souverain, sans intéresser la Souveraineté. A...
Stran 181 - Dieu établit les rois comme ses ministres et règne par eux sur les peuples... Les princes agissent comme ministres de Dieu et ses lieutenants sur la terre...

Bibliografski podatki