Histoire de France ... jusqu'en 1789. 16 tom. [and] Table analytique, Kolièina 11

Sprednja platnica
 

Mnenja - Napi¹ite recenzijo

Na obièajnih mestih nismo na¹li nobenih recenzij.

Druge izdaje - Prika¾i vse

Pogosti izrazi in povedi

Priljubljeni odlomki

Stran 219 - Qu'il ne lui sera jamais dit , proposé , ou suggéré aucun conseil de la part de qui que ce soit , dont il ne donne avis à Sa Majesté, jusques à ne lui taire point les moindres discours qu'on tiendra pour lui donner des ombrages du Roi et de ses conseils...
Stran 220 - Mon« sieur et beaucoup de grands », ajoutait Louis, « vous en veu« lent à mon occasion ; mais assurez-vous que je vous protégerai « contre qui que ce soit... Assurez-vous que je ne changerai «jamais, et que quiconque vous attaquera, vous m'aurez pour
Stran 564 - Le 5 décembre, une circulaire royale avertit les parlements et les gouverneurs des provinces que le roi était résolu « de conserver tous les établissements ordonnés durant le ministère du feu cardinal, et de suivre tous les projets arrêtés avec lui pour les affaires du dehors et de l'intérieur ». Louis déclarait qu'il avait appelé dans ses conseils, auprès des anciens...
Stran 189 - Huguenots partageaient l'État avec Elle, que les Grands se conduisaient comme s'ils n'eussent pas été ses sujets, et les plus puissants gouverneurs des provinces comme s'ils eussent été souverains en leurs charges...
Stran 558 - Richelieu; a je vous entends !» Et il envoya chercher le curé de Saint-Eustache, sa paroisse. « Voilà mon juge », dit-il, quand on lui présenta l'hostie consacrée; a mon juge qui prononcera bientôt ma sentence; je le prie de me condamner, si, dans mon ministère, je me suis proposé autre chose que le bien de la religion et de l'État.
Stran 232 - C'est chose digne de compas« sion ou d'indignation de voir la léthargie en laquelle nous avons « vécu depuis plusieurs années ! « Toutes ces considérations, que M. le cardinal de Richelieu a « représentées au roi , ont fait résoudre Sa Majesté de mettre à « bon escient la main au commerce. » Marillac termina en insistant sur la nécessité d'atteindre et d'extirper à tout prix deux sortes de crimes funestes entre tous à l'État, le péculat et les conspirations. Le maréchal de Schomberg,...
Stran 106 - ... chef du conseil. Luines avait jugé convenable de mettre la révolution de palais qu'il venait d'accomplir sous le patronage de noms auxquels le public était, sinon affectionné, du moins habitué; mais il s'était réservé la meilleure part dans la dépouille des vaincus : le roi lui avait donné la charge de premier gentilhomme de la chambre et la lieutenance générale de Normandie, avec la promesse de la plupart des biens qui seraient confisqués sur le défunt et sur sa femme. Le riche...
Stran 229 - Les entraves que l'organisation de l'amirauté apportait au commerce tombèrent. Les premiers abus que Richelieu fit disparaître furent ceux dont il aurait profité : il renonça aux gages et n'usa pas même des avantages éventuels que lui réservait l'édit de création de sa charge; il envoya au trésor 200,000 livres qui lui revenaient comme droit de bris sur les épaves d'une flotte portugaise qui se brisa contre les côtes de Guyenne en janvier 1627'.
Stran 423 - France n'a pas un voisin sur lequel elle n'ait gagné des places ou des batailles : s'ils ont quelque goutte de sang français dans les veines et quelque amour pour la gloire de leur pays, pourront-ils lire ces choses sans s'affectionner à lui...
Stran 506 - , répondit le maréchal, » d'être mort dans une si belle occasion pour le service du roi! » Le jeune homme n'était que blessé. On ne tarda point à voir paraître la cavalerie de La Meilleraie et de Chaunes : une demi -heure après, le corps d'armée de du Hallier était en vue.

Bibliografski podatki