Slike strani
PDF
ePub

Nr. 9407. commencèrent à s'interpeller et à se lancer des quolibets. Puis, des paroles Bulgarien. 14. Oct. 1846. ils en vinrent à se jeter des gourdins et des pierres. Il convient de noter,

ce que tout le monde assure pour l'avoir vu, que les premiers projectiles furent lancés par les individus qui se trouvaient dans la cour de l'Agence et qui se fabriquaient les gourdins avec de gros bois de chauffage saisis, sans nul doute à l'insu des fonctionnaires de l'Agence Impériale, dans l'un des hangars du Consulat. || Jusqu'en ce moment les gendarmes, qui étaient en petit nombre, essayaient de contenir la foule de plus en plus grossissante. || Ce fut alors que se firent entendre une quinzaine de détonations de revolver, parties de la Cour de l'Agence dans diverses directions. Le Lieutenant Fitcheff, qui passait à cet instant, eut son cheval blessé par une balle et il s'en a fallu de peu qu'il ne fut lui-même atteint. Il a été également constaté que quelques balles se sont logées dans les murailles des Consulats d'Allemagne et d'Angleterre." A la suite de ces coups de feu, la police requit sans retard un détachement de force armée qui dispersa immédiatement la foule, et, après avoir fait évacuer tous les abords du Palais, défendit l'accès de toutes les rues avoisinantes. il De ce que la Préfecture de Police n'avait pas placé assez de gendarmes près du Palais de Russie pour empêcher, auparavant et dès l'origine, le public d'approcher, la raison en est dans la démarche fait par M. Nekludoff auprès de vous le 21 Septembre et à la suite de laquelle j'avais donné aux autorités locales des ordres en conséquence. Vous m'avez dit en effet, M. le Ministre, que M. Nekludoff vous avait déclaré que “l'Agence Impériale de Russie entendait formellement que la police ne s'inquiétât point de prendre des mesures de précaution en faveur de l'Agence, qui saurait se défendre elle-même contre toute éventualité." || Quant aux prétendues atrocités que la troupe et les gendarmes auraient commises sur la personne des électeurs qui avaient cherché refuge dans la cour de l'Agence, je puis vous donner l'assurance, M. le Ministre, que l'on a exagéré les faits qu'on a rapportés à cet égard à M. le Gérant de l'Agence Diplomatique de Russie. Les individus qui sortaient par groupes du Palais de Russie étaient recueillis au passage par les agents de la force publique; et si quelques-uns d'entre eux ont pu être rudoyés c'est sans doute pour n'avoir pas voulu obtempérer aux ordres qui leur étaient enjoints de se rendre aux postes de police où ils devaient décliner leurs noms et subir l'interrogatoire pour l'enquête ordonnée sur le scandale qu'ils ont seuls provoqué.

Nr. 9408. ENGLAND. – Vertreter in Sophia an den Min. des

Ausw. - Die bulgarische Regierung hat beschlossen, dass das Alexander-Regiment hinfort den Namen des Fürsten weiter tragen soll. [B. 467.]

Sophia, October 16, 1886. My Lord, || An Order, signed by the Bulgarian Regents, on the proposal 16. Oct.1886 of the Minister of War, has recently been published in the official journal,

Nr. 9408.
England.

to the effect that the 1st Bulgarian regiment of the line, which has hitherto Nr. 9404.

England. been known as His Highness' regiment, should henceforth bear the name of 16. Oct. 1886. Prince Alexander Ist's Regiment. || I have, &c.

Frank C. Lascelle s.

Italien.

Nr. 9409. ITALIEN. – Min. des Ausw. an den Vertreter in Sophia.

Lässt die hulgarische Regierung zur grössten Vor-
sicht und Besonnenheit in Verfolgung ihrer Politik
ermahnen. (Gr. 40.

Roma, 16 ottobre 1886. Signor agente, || Non sono senza apprensione circa le consequence dei pro- Nr. 9409. getti che si attribuiscono alla reggenza e delle intenzioni dalle quali si pre- 16. Oct. 1886. suppone, non senza fondamento, che l'assemblea possa essere animata. Il governo bulgaro deve mostrarsi molto cauto nel suo contegno e giovarsi di ogni suo mezzo d'influenza acciò nell'assemblea vengano a predominare analoghi sentimenti. Se gli atti suoi o quelli dell'assemblea provocassero da parte della Russia l'occupazione del principato, e specialmente se questa fosse dichiarata provvisoria, è dubbio assai che alcuna grande potenza sia per prestare ai Bulgari un aiuto efficace, nessuna volendo addossarsi la responsabilità di complicazioni di cui sarebbe impossibile prevedere lo svolgimento e la fine. || Cid è quanto a noi consta; amici dei Bulgari, dobbiamo dir loro tutta la verità, affinchè, in questo periodo, dal quale dipende la loro sorte futura, sappiano regolarsi con dignitosa prudenza. Confermo per tal modo il telegramma che Le diressi, ieri, per Sua notizia e per norma di linguaggio. || Gradisca, ecc.

C. Robila nt.

Nr. 9410. BULGARIEN. Min. des Ausw. an die Vertreter der

Mächte in Sophia. - Anzeige der Einberufung der
Sobranje um sich wegen der Fürstenwahl mit der
Pforte und den Grossmächten in Verbindung zu

setzen. [B. 469; Gr. 41.
(Nach der Ausfertigung an den englischen Vertreter.)

Note Verbale.
Le Ministère des Affaires Étrangères a l'honneur d'informer l'Agence et Nr. 9410.

Bulgarien. Consulat Général d'Angleterre en Bulgarie que, en vertu de la Constitution et de la Loi Électorale par Décret en date du 4 Octobre courant, la Grande Assemblée Nationale est convoquée pour le 15 de ce mois à Tirnova. | Après avoir procédé à la vérification des pouvoirs de ses membres, et s'être constituée, la dite Assemblée, dépositaire de la souveraineté Nationale, se mettra en rapports avec la Sublime Porte et les Grandes Puissances pour l'élection du nouveau Souverain Bulgare.

Sopbia, le 4 (16) Octobre, 1886.

16. Oct. 1886.

Staatsarchiv XLVII.

23

Nr. 9411.

Nr. 9411. ENGLAND. Vertreter in Sophia an den Min. des

Ausw. – Die bulgarische Regierung hat die Pforte
um Mittheilung ihrer Ansicht über die Lage in Bul-
garien gebeten und die Entsendung eines Agenten

nach Constantinopel vorgeschlagen. (B. 439.]
(Telegram.)

Sophia, October 17, 1886.
My Lord, || M. Natchevitch has instructed the Bulgarian Agent at Con-
England.

stantinople to inform the Grand Vizier, that the Bulgarian Government are 17. Oct. 1886.

anxious to learn the views of the Porte on the state of things which at pre-
sent exist in Bulgaria, and they propose that M. Grecoff should proceed to
Constantinople for this purpose. || M. Natchevitch has told me, that he would
like to be able to send M. Grecoff at once, and he therefore hopes that the
Grand Vizier will give him a reply without delay. || I have sent the above to
Constantinople. I have, &c.

Frank C. Lascelles,

[ocr errors]

Nr. 9412.

17. Oct. 1886.

Nr. 9412. ENGLAND. - Min. des Ausw. an den Vertreter in Sophia.
Instruction. [B. 442.]

Foreign Office, October 17, 1886.
Sir, || I have received your telegram of yesterday's date, relative to the
England. intended meeting of the Great Sobranjé at Tirnova on the 27 instant, and to

the wish of the Bulgarian Government that the Agents of the Powers should
be present on the occasion. || I have informed you, in reply, by telegraph, that
it would be desirable that you should attend the opening of the Assembly
and that I trust that the Agents of the other Great Powers may also go to
Tirnova for the purpose. If, however, you should find, that they do not intend
to do so, you should apply for further instructions by telegraph. || I am, &c.

Iddesleigh.

Druck von Bär & Hermann in Leipzig.

3 9015 03557 6779

[graphic][ocr errors]
« PrejšnjaNaprej »