Collection des mémoires relatifs à lh̓istoire de France...

Sprednja platnica
 

Mnenja - Napi¹ite recenzijo

Na obièajnih mestih nismo na¹li nobenih recenzij.

Druge izdaje - Prika¾i vse

Pogosti izrazi in povedi

Priljubljeni odlomki

Stran 228 - Dieu seul, il n'ya puissance en terre, quelle qu'elle soit, spirituelle ou temporelle, qui ait aucun droit sur son royaume, pour en priver les personnes sacrées de nos Rois...
Stran 245 - Roi , les princes, ducs, pairs et officiers de la couronne , seroient invités de se trouver en ladite cour, pour, avec le chancelier, les chambres assemblées, aviser sur les propositions qui seroient faites pour le service du Roi , le soulagement de ses sujets et le bien de son Etat.
Stran 429 - Ces choses avoient été prédites au maréchal d'Ancre par plusieurs devins et astrologues qu'il voyoit volontiers, mais lui avoient été prédites par eux en leur manière ordinaire, c'est-à-dire de sorte qu'il n'en pouvoit faire son profit ; car les uns lui disoient qu'il mourroit d'un coup de pistolet, les autres qu'il seroit brûlé, les autres qu'il seroit jeté dans l'eau, les autres qu'il seroit pendu, et toutes ces choses furent véritables; mais, comme il ne les pouvoit comprendre, il...
Stran 302 - Reine, en présence dudit sieur de Bouillon , qu'elle n'étoit pas bien conseillée de prendre si peu de confiance qu'elle faisoit à lui et à M. de Mayenne ; ce que la Reine , qui sur-le-champ ne lui voulut rien répondre, lui reprocha par après, lui remontrant les sujets qu'elle avoit de se méfier d'eux , et que , quand bien cela ne seroit pas ainsi , il ne devoit pas lui en parler en leur présence. Toutes ces choses faisoient désirer à la Reine d'autant plus ardemment la venue de M.
Stran 94 - ... d'oublier ce qui s'étoit passé, et de recevoir cette satisfaction. Ce peu de respect dont la Reine souffrit que le duc de Guise usât envers elle , manquant à la parole qu'il lui avoit donnée, sentoit déjà bien la désunion du conseil, la foiblesse de la Reine , et la diminution de son autorité, laquelle ne peut être si petite qu'elle ne soit de grande conséquence, l'expérience nous apprenant qu'il est beaucoup plus aisé de la maintenir inviolable , qu'il n'est pas d'empêcher son...
Stran 438 - Dieu, juste juge, permît que , comme par ses calomnies il avoit procuré la mort à un autre, il fût, par une fausse accusation , conduit honteusement sur l'échafaud, et, coupable d'autres crimes, rompu vif sur la roue pour des péchés qu'il n'avoit pas commis, et son corps et son procès brûlés après sa mort comme étant indigne qu'il fût jamais mention de lui. Il mourut repentant, mais si peu ému des peines présentes, et du péril de celles...
Stran 209 - Etats, que dès le 9 de juin l'on ayoit convoqués au 1o de septembre en la ville de Sens; mais les affaires du Poitou et de la Bretagne les firent remettre au 10 d'octobre ensuivant, puis, à quelques jours de là, le Roi les fit assigner à Paris et non à Sens. M. le prince ne vit pas plutôt la Reine résolue de les assembler, qu'il lui fit dire sous main que, si elle vouloit, il ne s'en tiendroit point, et qu'eux-mêmes, qui les a voient demandés, y consentiroient les premiers.
Stran 230 - ... jusqu'à forcer ses sujets en leurs 'consciences, et les contraindre d'embrasser son erreur et infidélité, il peut être déclaré déchu de ses. droits, comme coupable de félonie envers celui à qui. il a fait le serment de son royaume , c'est-à-'dire envers Jésus-Christ, et ses sujets peuvent' être absous au tribunal ecclésiastique du serment de fidélité qu'ils lui ont prêté.
Stran 437 - Monopoli contraire, pource qu'il aimoit la religion des capucins , de laquelle il avoit été tiré et promu au cardinalat , il fit des accusations atroces contre lui-même à Sa Sainteté , et les soutenoit avec tant d'impudence , que ce bon prélat , qui mourut en même temps , fut jugé en être mort de regret. Il obtint enfin de Sa Sainteté absolution de son vœu et permission de vivre en prêtre séculier; il prit bien l'habit de prêtre, mais non pas l'esprit de la prêtrise , ains plutôt...
Stran 338 - Bouillon , étoient le matin venus au Louvre. Il lui représenta aussi que, pour ne se trouver étonnée, quoi qu'il arrivât de cette entreprise, elle se devoit résoudre au pis; qu'il ne croyoit pas que la ville de Paris se voulût révolter pour M. le prince; que M. Miron , prévôt des marchands , et le chevalier...

Bibliografski podatki