Slike strani
PDF

الخير واحسانه اليهم فثاروا عند ذلك إلى السلطان ركن الدين وهو في المسجد فقبضوا عليه وأتوا به اليها فقالت لهم القاتل يقتل فقتلوه قصاصا باخيه وكان اخوها ناصر الدین صغيرا فاتفق الناس على تولية رضية ،

ذکر السلطانة رضية ولما قل رکن الدین اجمعت العساكر على تولية اخته رضية الملك فوتوها واستقتت بالملك اربع سنين وكانت تركب بالقوس والتركش والقربان کا يركب الرجال ولا تستر وجهها ثم انها اتهمت بعبد لها من الحبشة فاتفق الناس على خلعها وتزويجها خلعت وزوجت من بعض أقاربها

.
وولي الملك اخوها ناصر الدین ،

peuple. Là-dessus, les assistants se portèrent en tumulte vers le sultan Rocn eddîn, qui se trouvait alors dans la mosquée, se saisirent de lui, et l'amenèrent à Radhiyab. Celle-ci leur dit: « Le meurtrier sera tué »; et ils le massacrèrent, en représailles du meurtre de son frère. Le frère de ces deux princes, Nacir eddîn, était encore dans l'enfance : aussi le peuple s'accorda-t-il à reconnaître comme souveraine Radhiyah.

DE L'IMPÉRATRICE RADRIYAH. Lorsque Rocn eddîn eut été tué, les troupes convinrent de placer sur le trône sa sæur Radhiyah. Elles la proclamèrent souveraine ; et cette princesse régna, avec une autorité absolue, durant quatre années. Elle montait à cheval à la manière des hommes, armée d'un arc et d'un carquois, ou ystent to be Lourbondo-courtisans, et elle ne voilait pas son visage. Dans * la suite, elle fut soupçonnée d'avoir commerce avec un de ses esclaves, Abyssin de naissance; et le peuple décida de la déposer et de lui donner un époux. En conséquence, elle fut déposée et mariée à un de ses proches, et son frère Nàcir eddîn devint maître de l'autorité.

ذکر السلطان ناصر الدين بن السلطان شمس الدين ولما خلعت رضية ولي ناصر الدين أخوها الأصغر واستقت بالملك مدة ثم أن رضية وزوجها خالفا عليه وركبا في ماليكهما ومن تبعها من اهل الفساد وتها لقتاله وخرج ناصر الدين ومعه ملوكه النايب عنه غیاث الدین بلبن متوتى الملك بعده فوقع اللقاء وانهزم عسكر رضية وفرت بنفسها فادركها الجوع واجهدها الأعياء فقصدت حيرانا رأته يحرث الأرض فطلبت منه ما تاكله فاعطاها كسرة خبر فالتها وغلب عليها النوم وكانت في زي الرجال فها نامت نظر اليها للجراث وي نايمة فرأى تحت ثيابها قباء مرضعا فعم أنها امرأة فقتلها وسلمها وطرد فرسها ودفنها

HISTOIRE DU SULTAN NÀCIR EDDÎn, fils du SULTAN CHEMS EDDÎN.

Après la déposition de Radhiyah, son frère cadet Nåcir eddîn monta sur le trône et posséda quelque temps l'autorité souveraine; ensuite, Radhiyah et son mari se révoltèrent contre lui, montèrent à cheval, accompagnés de leurs esclaves et des malfaiteurs qui voulurent les suivre, et se préparèrent à le combattre. Nâcir eddîn sortit de Dihly avec son esclave et lieutenant Ghiyath eddîn Balaban, celui-là même qui devint maître du royaume après lui. Le combat s'engagea, l'armée de Radhiyah fut mise en déroute, et elle-même prit la suite; elle fut surprise par la faim el accablée de fatigue; en conséquence, elle se dirigea vers un laboureur qu'elle vit occupé à cultiver la terre, et lui demanda quelque chose à manger. Il lui donna-un morceau. de pain, qu'elle dévora, après quoi le sommeil s'empara d'elle. Or Radhiyah était revêtue d'un babit d'homme; lorsqu'elle fut endormie, le laboureur la considéra, et vit, sous ses vêtements, une tunique brodée d'or et de perles; il s'aperçut que c'était une femme, la tua, la dépouilla, chassa

.

في فتانه وأخذ بعض ثيابها نذهب إلى السوق يبيعها فانکر أهل السوق شانه وأتوا به المحنة وهو للحاكم فضربه فاتر بقتلها ودلهم على مدفنها فاستخرجوها وغسلوها وكفنوها ودفنت هنالك وبنى عليها قبة وقبرها الآن يزار ويتبرك به وهو على شاطئ النهر الكبير المعروف بنهر الجون على مسافة فرع واحد من المدينة واستقل ناصر الدين بالملك بعدها واستقام له الامر عشرين سنة وكان مكلا صاك ينس مخا می

منها وقد وقفني القاضی الكتاب العزير ويبيعها فيقتات

ن بخطه متقن تحكم الكتابة ثم ان نایبه

م
كال الدين على

son cheval, et l'ensevelit dans le champ qui lui appartenait. Puis il prit une partie des vêtements de la princesse, et se rendit au marché, afin de les vendre. Les marchands conçurent des soupçons à son égard, et l'amenèrent au chihneh, c'est-à-dire au magistrat de police, qui lui fit infliger la bastonnade. Le misérable confessa qu'il avait tué Radhiyah et indiqua à ses gardiens le lieu où il l'avait ensevelie. Ils déterrèrent son corps, le lavèrent et l'enveloppèrent dans un linceul; puis il fut remis en terre au même endroit, et l'on construisit sur lui une chapelle funéraire. Son tombeau est actuellement visité par des pèlerins, et regardé comme un lieu de sanctification. Il est situé sur le bord du grand fleuve appelé Djoûn (la Yamouna ou Djomna), à une parasange de la ville de Dihly.

Après le meurtre de sa sæur, Nâcir eddîn resta seul maître du royaume, et régna paisiblement durant vingt années. C'était un souverain pieux; il copiait des exemplaires du livre illustre (le Koran), les vendail, et se nourrissait avec le prix qu'il en retirait. Le kâdhi Camâl eddîn m'a fait voir un Koran copié de sa main, artistement et élégaminent écrit. Dans la suite, son lieutenant Ghiyath eddîn Balaban

غیاث الدین بلبن فتناله وملك بعده ولبلبن هذا خبرظریف نذكره ،

ذكر السلطان غیاث الدین بلبن وضبط اسمه ببین موحدتين بينما لام ولجميع مفتوحات وآخره نون ولما قندل بلبن مولاة السلطان ناصر الدين أستقل بالملك بعده عشرين سنة وقد كان قبلها فایبا له عشرين سنة أخرى وكان من خيار السلاطين عاد حليما فاضلا ومن مكارمه أنه بتی دارا وستاها دار الامن فمن دخلها من أهل الديون قضى دينه ومن دخلها خايغا امن ومن دخلها وقد قتل أحدا أرضى عنه أولياء المقتول ومن دخلها من ذوى الجنايات أرضي أيضا من يطابه وبتلك الدار دفن لما مات وقد زرت قبره،

le tua et régna après lui. Ce Balaban eut une aventure extraordinaire que nous raconterons.

HISTOIRE DU SULTAN GHIYÂTH EDDÎN BALABAN. Lorsque Balaban eut tué son maître, le sultan Nacir eddîn, il régna , avec un pouvoir absolu, pendant vingt années, avant lesquelles il avait été le lieutenant de son prédécesseur durant un pareil espace de temps. Il fut au nombre des meilleurs sultans, juste, doux et vertueux. Une de ses actions génércuses, c'est qu'il fit bâtir une maison à laquelle il donna le nom de « séjour de la sûrelé. » Tous les débiteurs qui y entraient voyaient acquitter leur dette, et quiconque s'y réfugiait par crainte y était en „sûreté. Si quelqu'un s'y retirait après avoir tué une autre personne, le sultan désintéressait à sa place les amis du mort; et si c'était quelque délinquant, il donnait satisfaction à ceux qui le poursuivaient. C'est dans cette maison qu'il fut enseveli, et j'y ai visité son tombeau.

حكايته الغريبة يذكر ان احد الفقراء ببخاری رأی بہا بلين هذا وكان قصيرا حتیرا ذميا فقال له يا تركك وفي لفظة تعرب عن الاحتقار فقال له لبيك يا خوند فاجبه لامه فقال له أشترى من هذا الرمان واشار الى رمان يباع بالسوق فقال نمر واخرج فيسات لم يكن عنده سواها واشترى له من ذلك الرمان فما أخذها الفقير قال له وهبناك ملك الهند فقد بلبن يد نفسه وقال قبلت ورضیت وأستقر ذلك في ضميره واتفق أن بعث السلطان شمس الدين ليش تاجرا يشترى له المماليك بسمرقند و بخاری وترمذ فاشترى ماية ملوك كان من جهلتهم بلبن فلما دخل بالمماليك على السلطان الجبه

AVENTURE EXTRAORDINAIRE DE BALABAN. On raconte qu'un fakîr de Bokhâra y vit ce Balaban , qui était de petite taille et d'un extérieur chétif et méprisable. Il lui dit : «Ô petit Turc! » ce qui était une expression indiquant du mépris. Balaban répondit : « Me voici, ô mon maître. » Cette parole plut au fakir. « Achète pour moi, reprit-il, de ces grenades », et il lui montrait des grenades qui étaient exposées en vente sur le marché. « Très - bien », répliqua Balaban; et tirant quelques oboles, qui étaient tout ce qu'il possédait, il acheta plusieurs de ces grenades. Lorsque le fakîr les eut reçues, il lui dit : « Nous te donnons le royaume de l'Inde. » Balaban baisa sa propre main (c'est là une manière de saluer) et répondit : « J'accepte et je suis content. » Cette parole se fixa dans son esprit. Cependant il arriva que le sultan Chems eddin Lalmich envoya un marchand, afin qu'il lui achetât des esclaves à Samarkand, à Bokhåra et à Termedh. Cet individu fit l'acquisition de cent esclaves, parmi lesquels se trouvait Balaban. Lorsqu'il se présenla avec eux devant le sultan , tous

« PrejšnjaNaprej »